Ukraine : Minsk 2 serait-il en train de mourir ?

 Le Monde.fr | 19.02.2015
Minsk 2 est mal parti
Editorial du « Monde ». Minsk 2 serait-il en train de mourir ? L’accord de cessez-le-feu en Ukraine, laborieusement conclu la semaine dernière dans la capitale de la Biélorussie, serait-il voué au même sort que son prédécesseur ?
Scellé en septembre 2014, Minsk 1 avait été violé sitôt parachevé ou presque. Tout semble indiquer qu’il en ira ainsi de Minsk 2, à commencer par la chute, mercredi 18 février, de la ville de Debaltsevo aux mains de l’armée des séparatistes ukrainiens assemblée par la Russie.
Si tel doit être le cas, la partie politique de l’accord Minsk 2, celle qui doit permettre un début de négociation pour un règlement politique d’ensemble de la crise ukrainienne, ne verra jamais le jour. Les événements des dernières quarante-huit heures ont confirmé la stratégie suivie jusque-ici par le Kremlin : la bonne vieille tactique consistant à souffler alternativement le chaud et le froid. A de rares moments de répit, où l’on fait semblant de privilégier la diplomatie, succèdent des combats obéissant à un objectif bien précis.
 Surpassant les forces régulières de Kiev, en nombre de blindés comme en pièces d’artillerie lourde, les séparatistes prorusses de l’est du pays entendent y former un Etat croupion, sous la tutelle du Kremlin, comme la Russie en a constitué en Géorgie et en Moldavie – pour punir ces pays de leurs velléités de rapprochement avec l’Ouest. A peine Minsk 2 était-il conclu que les séparatistes pilonnaient ce centre ferroviaire important qu’est Debaltsevo, qui leur assure une manière de continuité entre leurs deux places fortes, Louhansk et Donetsk.
Contrairement à ce qui était prévu, le début de retrait des armes lourdes de la zone des combats, de part et d’autre, n’est pas intervenu. Le plus probable est que les séparatistes vont continuer la guerre. Après un bref répit, ils pourraient cette fois viser – comme ils l’ont souvent annoncé – la ville portuaire de Marioupol, sur la mer Noire, dans la partie sud-est de l’Ukraine.
Il s’agit avec un aéroport, celui de Donetsk, et un port de rendre le plus viable possible cet Etat croupion, ainsi taillé à coups de canon, en dépit des promesses de Moscou de respecter l’intégrité territoriale de l’Ukraine. Que feront l’Allemagne et la France, censées être, avec la Russie et l’Ukraine, les « garantes » de l’accord de Minsk ? Que fera le président Barack Obama, soumis à forte pression à Washington, pour armer Kiev ?
La vérité est que les deux camps semblent devoir s’installer dans un long face-à-face armé, chacun sur leurs positions. Au mieux, la situation rappellera la guerre froide, une nouvelle ligne de fracture au cœur du continent européen. Au pire, on continuera à guerroyer à intervalles réguliers. On est loin, très loin, du petit espoir de règlement qui, un court moment, a soufflé la semaine dernière, après des heures de pourparlers nocturnes, dans un palace aux dorures surchargées de la capitale biélorusse.

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Débats Idées Points de vue, Défense, International, Politique, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.