Le pluralisme économique interdit des universités françaises

Alternatives Économiques  – Février 2015 – Christian Chavagneux –
La France a-t-elle le droit de former des économistes aux méthodes et aux points de vue différents ? Malheureusement, la réponse fournie en janvier dernier par le ministère de l’Éducation nationale est « pour l’instant, non, mais on verra » !
images2DRL24XYRappelons les épisodes précédents. Depuis quelques années, l’Association française d’économie politique (Afep) et ses 600 adhérents se battent pour que les économistes hétérodoxes, ceux qui s’inspirent plus de Keynes, de Marx, de Perroux, des institutionnalistes américains, etc. que de l’économie dominante, aient le droit de cité. Ceux pour qui les maths sont un moyen et non une fin, pour qui la monnaie n’est pas un voile mais une institution, pour qui l’histoire, la morale et l’analyse des rapports de force font partie de l’économie et, surtout, pour qui il existe plusieurs façons de penser l’économie.
En 2013, la chercheuse Florence Jany-Catrice a montré que, depuis le début des années 2000, le jury qui choisit les professeurs d’économie – avec les budgets, le statut et les moyens qui vont avec – parmi les maîtres de conférences n’a sélectionné que 10,5 % d’hétérodoxes. Ces dernières années, la part est même tombée à 5 %. En clair : à ce rythme-là, il n’y aura plus qu’une pensée unique à avoir le droit d’exister en France.
Un besoin d’ouverture intellectuelle
L’Afep se mobilise pour que le gouvernement autorise la création d’un autre jury, d’une nouvelle section du Conseil national des universités, plus ouverte. Benoît Hamon, l’ancien ministre de l’Éducation nationale y est favorable. Najat Vallaud-Belkacem, qui le remplace, aussi. Le 18 décembre dernier, le ministère indique à l’Afep que la décision est prise de créer ce nouveau jury. Champagne !
Mais la décision à peine connue, les défenseurs de la pensée unique partent au combat. Alain Ayong Le Kama, qui préside le jury actuel, menace le gouvernement d’une démission collective. Dans une lettre à la ministre, il reconnaît que certains économistes se sentent « marginalisés, d’autres découragés, voire même exclus » ; il admet même un « déficit de pluralisme, indéniable« , et propose donc… de ne surtout pas créer de nouvelles sections ! Dans les coulisses, les économistes Philippe Aghion et Jean Tirole sonnent la charge et montent à l’assaut de l’Elysée et de Matignon. Pour quelles raisons ? On ne le saura pas, les deux ont refusé de donner suite à une demande d’entretien. Néanmoins, l’AFP nous apprend que Jean Tirole aurait qualifié le projet d’« antichambre de l’obscurantisme » ! Et le résultat est là : ils obtiennent l’annulation de la décision.
Le vent du boulet étant passé très près, M. Le Kama s’engage à recruter plus d’hétérodoxes. Le ministère lui dit banco, promet un bilan de la situation avant la fin de l’année et annonce le 13 janvier un moratoire sur la création de la nouvelle section.
Des mois cruciaux
Pour Le Figaro, les défenseurs de cette nouvelle section sont les « ratés » et les « frustrés » de l’université : André Orléan, Michel Aglietta, Robert Boyer, Olivier Favereau, Luc Boltanski, Dominique Méda et tous les autres grands noms qui soutiennent cette avancée, tous des ratés !
Soyons sérieux : les mois qui viennent vont être cruciaux pour savoir si notre pays a le droit ou pas à l’existence d’une pensée économique pluraliste. Et un large consensus intellectuel existe pour en défendre la nécessité absolue. Au moment où Emmanuel Macron s’attaque aux professions rentières, on ne comprendrait pas que le gouvernement refuse d’ouvrir à la concurrence les idées économiques.

sige_dessin_apx_470_

 

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Economie, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.