Grèce – Alexis Tsipras rejeté par les Grecs ?

Face à l’Europe, « nous ne cèderons pas un pouce de nos promesses au peuple » avait déclaré la semaine dernière le trublion Alexis Tspiras, à la grande joie du peuple grec ravi d’effrayer – un peu – l’Eurogroupe.
Pourtant, le premier ministre rebelle a infléchi sa posture de fer, en confiant mardi 24 février une liste de projets de réformes à ses créanciers de la troïka. Parmi les mesures, Athènes s’engage à lutter contre la corruption et la fraude, tout en réformant la justice, détaille Die Zeit.
Face à ce revirement, les opinions divergent : côté allemand, on continue de percevoir Alexis Tsipras comme le « rebelle à Bruxelles » comme le souligne un second article de Die Zeit. Il estime que « les Grecs sont satisfaits, [car] voilà enfin un gouvernement qui s’est rebellé » face à l’Europe. Mais chez les Hellènes, on ne perçoit pas les choses sous cet angle : en discutant avec la troïka, le premier ministre est perçu comme un traître et a durablement fâché ses soutiens à Syriza.
Une figure emblématique de la gauche et de la résistance au nazisme, le député européen Manolis Glezos, l’a attaqué frontalement, lui reprochant « ne rien avoir fait depuis son élection il y a un mois », et l’accusant d’avoir créé une « illusion » pour changer les choses alors que le gouvernement suit en fait la lignée des précédents, relate To Vima.
Cette critique sévère fait « l’effet d’une bombe » pour le parti au pouvoir, juge le site Newsit. « Quand on promet d’annuler le mémorandum, on s’y tient », renchérit le site Aixmi. Une éditorialiste d’Iefimerda donne le coup de grâce à Alexis Tsipras, en l’interpellant directement : « Vous avez fait campagne avec de la poésie, mais vous gouvernez en prose ».

aalexis_tsipras_in_brussels__marian_kamensky

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Economie, Europe, Politique, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.