ONPC – Françoise Hardy : bêtise, indécence et malaise. Un suicide médiatique

 L’Obs 09-03-2015
 LE PLUS. Françoise Hardy était l’invitée de Laurent Ruquier dans « On n’est pas couché » ce samedi soir sur France 2. L’artiste était venue présenter sur son livre « Avis non autorisés… » dans lequel elle évoque notamment sa maladie. Une séquence dérangeante à tous points de vue, pour notre contributeur Charles Gautier.
Hier soir, dans “On n’est pas couché”, les téléspectateurs ont eu la chance de voir Jean Teulé, Fanny Cottençon, Jean Luc Moreau, etc. Et il y avait Françoise Hardy. Venue présenter son livre “Avis non autorisés…”, je peux dire qu’elle n’a pas fait le voyage pour rien. Dans ses bagages : du fiel, de l’indécence, de la spiritualité (sic), et des lavements ayurvédiques. Tout un programme.
 Il n’y a que Françoise Hardy qui se comprend
 Et ça n’a pas traîné. Dès son installation dans le fauteuil de l’invité, l’ancienne icône de chanson neu-neu s’en est pris au romancier Jean Teulé, le traitant quasiment de pornographe, pointant les détails crus, le plaisir qu’avait dû prendre l’auteur en écrivant ces lignes. Bref, on pouvait lire le choc sur son visage.
 Puis, Laurent Ruquier a parlé de “Avis non autorisés…”, d’un chapitre entier traitant de ballonnements, de coloscopie, de lavements, sans rentrer dans les détails, heureusement.  L’ex-chanteuse n’a pas manqué de raconter quelques passages, comme quand “on vous envoie de l’huile chaude dans le ventre”.
 Dans le principe, cela ne me dérange pas. Je me dis juste que si, selon elle, un lecteur peut être choqué par les scènes de sexe du livre de Jean Teulé, il peut l’être tout autant par les détails intestinaux de Françoise Hardy. Mais apparemment, je me trompais. Les autres ne peuvent pas comprendre. Il n’y a que Françoise Hardy qui peut comprendre Françoise Hardy.

0131425820122.jpgF Hardy

 Françoise Hardy sur le plateau de « On n’est pas couché » sur France 2 le 7/03/15 (capture France 2)

Vidéo

La politique pour les nuls
 Le problème de Françoise Hardy, en fait, c’est qu’elle a une opinion qui ne concerne qu’elle et aucun argument à développer. Alors, quand les chroniqueurs lui demandent de s’expliquer sur ses opinions politiques, elle balbutie, se contredit. Elle parle d’une droite individualiste, ce qu’elle affirme être, puis elle change d’avis, la droite est finalement pragmatique.
 Elle dit qu’être de droite, c’est ne pas être de gauche. Puis elle critique la gauche idéologique (mot qu’elle reprendra pour ne rien dire). Durant de longues minutes, elle s’est embourbée dans sa bêtise. Elle ne s’en sortira jamais.
 Un gros problème de décence
 Car le pire est arrivé juste après, quand il a fallut parler d’impôt. Et là, ça a été le choc (pour moi). Je vous laisse le plaisir de la lire : “On ne peut pas en France faire le contraire que ce que font tous les pays du monde, travailler moins que les autres, imposer plus les gens qui gagnent vraiment plus d’argent, ce qui fait que ça provoque des exils fiscaux et que ça fait un manque à gagner terrible pour les caisses de l’Etat.”
 “Je trouve que l’ISF est un des impôts les plus iniques qui soient, mais ça c’est vraiment un impôt idéologique.”  “Je ne suis pas du tout contre l’impôt, je pense même qu’il est tout à fait naturel et normal que les gens qui gagnent plus payent plus, mais jusqu’à un certain point.”
Si je résume bien, les personnes qui gagnent plus doivent payer des impôts, c’est normal. Mais pas trop, parce que l’ISF, c’est vraiment pas équitable. En gros, si elle pouvait payer les mêmes impôts que les smicards, elle serait ravie et ce serait certainement plus logique. Et puis en plus, il n’y aurait plus de problèmes d’exils fiscaux. Elle a des solutions pour tout, Madame Hardy.
 Pauvre femme riche opprimée
 Parce que oui, son quotidien de femme “riche” est beaucoup trop compliqué. Et nous, les pauvres, ne pouvons pas comprendre cela. Extrait : “Quand on gagne plus que les autres, on a fatalement des gens pour vous aider, c’est-à-dire, on est quand même à son niveau créateur d’emploi. On a une employée de maison, une secrétaire, un fiscaliste, il faut pouvoir les payer.”
 “Si on a une résidence secondaire, on est obligé de payer un jardinier.”  “On parle toujours de la TVA, on dit toujours que c’est injuste parce que les gens qui n’ont pas d’argent la payent autant que ceux qui en ont. Sauf qu’ils n’achètent pas les mêmes choses.”
 Là, il faut juste qu’elle se reconnecte à la réalité, ce n’est pas possible. Personne ne l’oblige à avoir des employés de maison, une résidence secondaire, un jardinier et d’acheter des produits de luxe. C’est du grand n’importe quoi. Qu’elle se plaigne alors de ses problèmes d’argent, c’est cracher sur la majorité d’entre nous qui luttons pour boucler les fins de mois avec pas grand-chose.
 Mais elle l’affirme et l’assume. Elle crache sur les pauvres, les impôts, les romanciers, la politique de gauche sans aucune honte et sans aucun argument non plus.
 Hier, il s’agissait d’un suicide médiatique et personne n’a été obligé de la pousser.
Elle ne représente plus qu’elle
 Si Léa Salamé parle de “plaisir du fiel”, ce que j’ai vu moi, c’est une femme aigrie, qui conjugue l’idiotie avec l’indécence et qui n’a aucune considération pour la société actuelle.
 Elle parlait d’une droite individualiste mais elle ne représente pas cette droite non plus. Elle ne représente plus qu’elle. Elle est aujourd’hui seule avec des problèmes qui ne concernent personne et qui n’en sont pas vraiment. Complètement perdue, dans cette vie, dans sa tête également (toutes les contradictions).  Mais finalement, en fin de séquence, elle résuma bien ce qu’elle est quand elle vit des photos d’elle : “Les photos sont vraiment moches”.
Ce ne sont pas les photos qui sont moches, Madame Hardy, c’est vous, ce que vous êtes devenue, ce que vous dites. Oui ça, c’est vraiment moche. Et ça me choque bien plus que le roman de Jean Teulé
Édité par Rozenn Le Carboulec
Lire sur  Inventerre : Déjà en 2012
Neuf-Quinze – Comment Françoise Hardy pourrait se retrouver à la rue ? Des postes dans l’éducation : Alexandre Jardin trouve « l’ idée sotte »  ….
Publié le par neuf-quinze@arretsurimages.eu

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Débats Idées Points de vue, Médias, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.