245 millions d’euros ! Les labos couvrent les toubibs de bienfaits

Le Canard Enchaîné du 18/03/2015 – Jérôme Canard –
La loi qui interdit les « cadeaux » est une farce. La preuve par les chiffres officiels.
Les toubibs et les professionnels de la santé, qui ont pleuré misère dans les rues de Paris, le 15 mars, gardent religieusement le secret médical sur les petites gâteries que leur distribuent les laboratoires pharmaceutiques. Les chiffres sont pourtant vertigineux : entre janvier 2012 et juin 2014, ces braves gens se sont partagés 2 547 663 cadeaux, pour un montant global de 245 209 558 euros.        

Sans titre

Le collectif Regards citoyens a fait cette trouvaille, en fouinant pendant plus de deux ans dans les déclarations obligatoires déposées par les labos au ministère de la Santé. Ces documents ont été publiés dans un fouillis indescriptible – comme si on cherchait à les rendre inexploitables – sur le site « transparence.sante.gouv.fr« , mis en place après l’affaire du Mediator.
Arrosage sélectif
Le travail de Romain mené par Regards citoyens a permis de venir à bout de ce fatras. Il montre comment la législation, qui interdit les dons des industriels de la santé supérieurs à 30 euros, est allègrement contournée. Ainsi, plus de trace des gadgets coûteux ou des séjours sous les cocotiers qu’offraient naguère les industriels aux médecins pour les convaincre de prescrire leurs potions, et aux responsables hospitaliers pour leur faire acheter leur matériel.
Finis les « cadeaux » interdits par la loi. Ils sont désormais rebaptisés « évènements scientifiques » ou « frais d’hospitalité« , pour des factures allant de quelques dizaines à plusieurs milliers d’euros. Les sommes peuvent même frôler les 100 000 euros quand il s’agit de « dons versés » à des « associations de professionnels de santé« . Sans que l’utilisation de cette manne ou le sérieux des associations concernées soient toujours contrôlés…

Sans titre1

Si toutes les professions médicales sont arrosées, tout le monde n’est pas logé à la même enseigne. Novartis Pharma, le laboratoire qui se montre le plus généreux, avec 17,9 millions de cadeaux, n’a dorloté que 11 aides-soignantes, pour un total de 203 euros, contre une dizaine de millions distribués à plusieurs milliers de médecins. Sans oublier une pincée de millions destinés à arroser les pharmaciens, les dentistes ou les kinés…

Sans titre2

Regards citoyens publie également la liste des 5 000 principaux bénéficiaires de la générosité des labos. Elle se révèle fort instructive, même si les noms ont été gommés à la demande expresse de la Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil). On y découvre ainsi que les 200 professionnels les plus richement dotés – tous des médecins – ont reçu des cadeaux d’une valeur allant de 23 000 à 83 000 euros par tête de pipe.
Les gâteries ne s’arrêtent pas là. Le collectif a aussi examiné la liste des 232 890 contrats passés entre toubibs et labos pour des recherches ou des études. Curieusement, une circulaire signée en mai 2013 par la ministre de la santé, Marisol Touraine, a interdit toute publication du montant de ces contrats. Le Conseil d’État vient juste de l’annuler. on va en savoir plus…   
laboratoire-pharmaceutique-medecin-cadeaux-contrats-remuneration-lobbying-montantAvant que le gouvernement n’applique cette décision, une grosse bourde du laboratoire Bayer permet de se faire une petite idée de c es rentes de situation. Le labo a mis en ligne par erreur les sommes qu’il a versées depuis 2012 à ses 2 900 toubibs sous contrat. Soit entre 10 000 et 40 000 euros par bénéficiaire. Les labos, qui sont de purs philanthropes, n’attendent rien en échange. Et les toubibs, parfaitement indépendants, ne sont jamais influencés.
Avec une bonne lampée de sirop, on peut avaler ça ?
        

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Santé, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.