Srebrenica Justice – fructueuse coopération bosno-serbe : Belgrade cherche de toute évidence à mieux assumer son passé.

De longues années ont passé, mais, pas à pas, la marche vers la justice se poursuit.

Un  coup de filet représentant la première avancée majeure depuis que les Cours serbe et bosnienne chargées de statuer sur les crimes de guerre ont commencé à coopérer
Mercredi, la police serbe a procédé à l’arrestation de huit hommes accusés d’avoir participé en juillet 1995 à la froide exécution de plus de 1 000 Musulmans au sein d’un entrepôt agricole de Kravica, en Bosnie-Herzégovine, relatent Radio Free Europe et Voice of America.
Une tuerie de masse perpétrée dans le cadre plus large du massacre de Srebrenica (près de 8 000 morts), le pire qu’ait connu l’Europe depuis la seconde guerre mondiale et qualifié de génocide par la Cour internationale de justice (CIJ) de La Haye, en 2007.
Parmi les individus appréhendés, dont seules les initiales ont été rendues publiques, figurerait Nedeljko Milidragovic (alias « Nedjo le boucher »), ancien chef de la brigade de Jahorina – une unité spéciale des forces de police serbes de Bosnie – devenu, après le conflit yougoslave de 1992-1995, un… entrepreneur à succès, souligne Le Courrier des Balkans.
Ce coup de filet représente la première avancée majeure depuis que les Cours serbe et bosnienne chargées de statuer sur les crimes de guerre ont commencé à coopérer, il y a plus de trois ans, note la BBC.
Les autorités judiciaires des deux pays se sont d’ailleurs félicitées de cette opération, y voyant – notamment du côté bosnien – un « signe de confiance très encourageant pour l’avenir ». Pour le NY Times, Belgrade cherche de toute évidence à mieux assumer son passé. Un « assouplissement » qui n’est peut-être pas dû au hasard, dans la mesure où, depuis décembre 2009, la Serbie poursuit l’Union européenne de ses assiduités pour être intégrée dans le cénacle des Etats membres…
Le Monde 20 mars 2013

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Europe, Justice, Politique, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.