Michel Onfray – A Canal plus dans « Salut les terriens » : l’intervention de notre ombrageux philosophe.

L’obs22-03-2015
« Salut les terriens » sur Canal + : Michel Onfray humilié par l’historien Fabrice d’Almeida : mais ça fait du bien, après des jours et des jours de matraquage décliniste sur toutes les chaînes de radio et de télévision.
thierry de Cabarrus bLE PLUS. La civilisation chrétienne serait en danger à cause de la montée de l’islamisme, a expliqué le philosophe Michel Onfray sur le plateau de « Salut les terriens » samedi. Faux, lui a rétorqué l’historien Fabrice d’Almeida, elle est déjà morte. Une remise en place qui a fait plaisir à notre chroniqueur Thierry de Cabarrus.

Michel Onfray

Michel Onfray était l’invité de Thierry Ardisson sur le plateau de « Salut les Terriens » samedi 21 mars. (Capture d’écran Canal Plus)
Michel Onfray a de la chance dans son malheur ou plutôt son humiliation. Ceux qui n’ont pas suivi « Salut les terriens », samedi soir, n’auront pas la possibilité (du moins en ce dimanche, jour d’élection) de voir le replay de sa déconfiture, lorsqu’il s’est retrouvé confronté à l’historien Fabrice d’Almeida.
 Car il semblerait que Thierry Ardisson, soucieux de respecter la règle qui veut que l’on ne diffuse pas de politique un jour de scrutin, fût-il départemental, n’ait pas voulu braver les consignes du CSA, en mettant sur le site de Canal plus la vidéo de l’intervention de notre ombrageux philosophe.
 C’est dommage, mais Michel Onfray ne perd rien pour attendre, lui qui, ce n’est pas vraiment son habitude, s’est retrouvé soudain déstabilisé et soudain silencieux face à son joyeux contradicteur, alors qu’il nous avait servi comme à l’accoutumé son déclinisme tragique et annoncé, une fois de plus, la fin de la civilisation chrétienne.
 Or, voilà que l’animateur de « SLT » a eu la bonne idée de le confronter à un intellectuel qui est son exact symétrique : un personnage aussi lumineux qu’Onfray est sombre tant dans sa vêture que dans ses idées, un historien aussi joyeux et optimiste que le philosophe est triste à pleurer et rempli d’amertume, sinon de ressentiments.
 Les idées islamophobes de Le Pen et Sarkozy
 Au début, Michel Onfray, sans contradicteur, nous a resservi la thèse de son livre « Cosmos », selon laquelle la civilisation occidentale et chrétienne serait en train de disparaître après un millénaire et demi de domination sans partage.
 Et cette disparition se ferait notamment au profit de l’autre – suivez son regard –, la civilisation musulmane, sa théorie ouvrant un boulevard pour les idées islamophobes de Marine Le Pen, sans oublier bien sûr, celles relayées, ces jours-ci encore, par Nicolas Sarkozy.
 Voilà donc Michel Onfray qui, un peu à la manière d’Eric Zemmour avec son « Suicide français », déroule de studios en plateaux ses prophéties effrayantes, dignes du Pr Philippulus, le savant fou dans « Tintin et l’Étoile mystérieuse » sans jamais se voir opposer de réelle objection.
 Dommage qu’à cet instant, Ardisson, qui n’a sans doute pas lu « Cosmos », ne soit pas lui-même en mesure de le mettre devant ses contradictions. Par exemple, en lui faisant remarquer qu’il utilise cette même méthode douteuse qu’utilisent les politiques qu’il dénonce, à savoir la peur, cette émotion qui s’oppose « à la raison, à l’éducation, à la démonstration, au dialogue et à l’échange ».
 Il détruit l’image de la gauche
 « Faire peur, explique-t-il par exemple dans ‘Marianne’, est tout juste bon pour ceux qui ont renoncé à la raison – et qui sont nombreux ces temps-ci. »
 Le seul problème, c’est que chez Ardisson, justement, il a recours à cette même peur pour emporter l’adhésion du téléspectateur. Qu’il le veuille ou non, Michel Onfray use de cette arme vulgaire de la classe politique qui, mécaniquement, fait monter les idées d’extrême-droite dans notre pays.
 Et il n’oublie pas non plus de balancer son mépris habituel sur Manuel Valls et sur François Hollande qui préfère, dit-il, inviter à l’Élysée Marion Cotillard  plutôt que des intellectuels tels que lui (« Qui se ressemble s’assemble ! »).
Michel Onfray se retrouve en pleine contradiction au point qu’en cette veille d’élection, on dirait bien que le philosophe fait tout pour détruire un peu plus l’image du chef de l’État et, partant, de la majorité présidentielle, du Parti socialiste, de toute la gauche aussi devenant du même coup l’allié objectif de Marine Le Pen et de Nicolas Sarkozy.
 On comprend dès lors le souci d’Ardisson qui, semble-t-il, a décidé, à juste raison, d’attendre que les Français se soient rendus aux urnes avant de diffuser ces propos, pour éviter d’être accusé d’avoir favorisé la déconfiture de la gauche aux cantonales.
 La civilisation chrétienne est morte depuis longtemps
Fabrice-d-Almeida Heureusement, Fabrice d’Almeida arrive enfin pour remettre non seulement un peu de raison mais aussi de la gaieté sur le plateau de « Salut les terriens », plombé par son invité qui, depuis une éternité, ne cesse de parler de ses deuils personnels et de développer sa théorie de la fin du monde (entendez le monde occidental et chrétien, bien sûr).
 Et notre historien, avec un large sourire et une bienveillance qui désarçonnent le philosophe, guère habitué, semble-t-il, à la confrontation directe, entreprend de déconstruire son discours sinistre.
 D’abord, nous dit-il, cette histoire de civilisation chrétienne est un concept qui n’a plus lieu d’être, le monde occidental chrétien ne risque pas de disparaître puisqu’il a déjà disparu depuis longtemps et qu’il n’est plus qu’un vague souvenir.
 Nous vivons, et c’est heureux, dans une civilisation devenue totalement matérialiste, dit-il avec des regards à la fois fermes et bienveillants adressés à un Onfray interloqué. Et l’historien d’ajouter que si dans les terres d’islam il y a un réveil de la religion chez certains, chez d’autres, il y a le souhait de s’occidentaliser et de se débarrasser de la spiritualité et, partant, de l’obscurantisme.
La grande surprise, c’est que Michel Onfray ne réagit pas vraiment à ces propos iconoclastes. Voilà soudain qu’il se referme comme une huitre, avec le visage buté d’un élève qui vient de se faire punir par son maître. On n’en espérait pas tant mais ça fait du bien, ce silence, après des jours et des jours de matraquage décliniste sur toutes les chaînes de radio et de télévision.
 Il est vrai qu’en face de lui, notre philosophe avait trouvé un contradicteur à sa mesure : Fabrice d’Almeida est un historien expert… dans les domaines de la propagande et de la manipulation.
Édité par Louise Pothier

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Débats Idées Points de vue, Médias, Politique, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.