Ça ne sert à rien d’aller voter ?

Charlie Hebdo – 26 mars 2015 – l’Edito de Riss
« Ça sert à rien d’aller voter, ça sert à rien de voter à gauche, ça sert à rien de voter à droite. » La pensée des abstentionnistes pourrait se résumer à ces quelques phrases et est peut être en passe de devenir un vrai courant philosophique. Il y eut l’existentialisme, le positivisme, le structuralisme, le marxisme, il y a aujourd’hui l’abstentionnisme.
L’abstentionniste est une gars exigeant. il n’accepte de faire l’effort de se lever, de se laver, de prendre son petit déjeuner, de mettre son slip, son pantalon, son manteau et ses chaussures, de descendre dans la rue, de marcher sur le trottoir, de pousser la porte de son bureau de vote, de dire bonjour aux assesseurs, de s’isoler dans l’isoloir et de glisser son bulletin de vote dans l’urne qu’à une seule condition : il faut que ça serve à quelque chose Et seulement si ça sert à quelque chose.
Avec l’abstentionniste,  c’est l’irrationnel qui est au pouvoir. 
Car l’abstentionniste n’a pas que ça à faire que de prendre le risque de perdre son temps à faire des choses qui ne servent à rien. Pourtant il fume trois paquets de cigarettes par jour. Et ça lui sert à quoi, à part augmenter les parts de marché de TF1 ? La liste est longue des choses que fait l’abstentionniste et qui ne servent à rien. Alors pourquoi voter devrait être la seule chose inutile qu’il refuse de faire dans sa vie qui en est pourtant remplie ? L’abstentionniste accepte jouer au Loto, où il a une chance sur un milliard de gagner, mais il refuse obstinément d’aller voter. Avec l’abstentionniste, ce n’est plus l’imagination qui est au pouvoir, c’est l’irrationnel. 
Pour l’abstentionniste, la politique est un investissement. Je consacre un quart d’heure à voter à condition que j’en touche les dividendes immédiatement. L’abstentionniste est un citoyen consommateur : je vote comme j’achète, je dois obligatoirement recevoir quelque chose en retour. 
Les seuls qui n’ont pas cru à cela, ce sont les militants du Front national. Pendant trente ans ils ont distribué des tracts que personne ne lisait. Ils ont crié des slogans que personne n’écoutait. Ils ont fait du porte-à-porte devant des portes que personne n’ouvrait. Pendant plus de trente ans, le travail des militants du Front national n’a servi à rien. En apparence, en tout cas. Alors, pourquoi ont-ils continué à le faire ? Parce que eux savent que le temps ne s’écoule pas de la même manière quand on croit à ses idées que lorsqu’on n’y croit pas. Quand on croit à ses idées, le temps n’a pas d’importance.
IMAG0502Aujourd’hui, si la page d’accueil de Google met une seconde de trop à s’afficher, vous piquez une crise. Si votre portable ne trouve pas de réseau en quinze secondes, il faut vous emmener aux urgences Aujourd’hui, attendre est devenu insupportable. Alors, militer, vous n’y pensez pas. Se faire chier des heures à coller des affiches déchirées trente minutes après, passer des matinées entières sur les marchés avec votre paquet de tracts sous le bras pour un programme qui ne sera probablement jamais appliqué…  Les militants du FN, eux, y ont cru. Comme le bousier qui fait rouler obstinément, courageusement, sa petite crotte, les militants du FN ont fait avancer depuis trente ans, centimètre par centimètre, mètre par mètre, leurs idées dans la société française.
On connaît les idées du FN, leur nuisance et leur infamie. La raison pour laquelle un électeur glisse un bulletin Marine Le Pen » dans l’urne, ce n’est pas seulement pour le programme délirant et haineux de ce parti, c’est aussi parce qu’il s’est laissé impressionner par l’obstination de ses militants. La détermination avec laquelle les mêmes arguments sont répétés depuis des décennies a fini par convaincre les indécis qu’il y avait au FN quelque chose de plus fort que chez les autres partis.
Car, autour du Front national le monde s’est lassé. Lassé de militer, lassé de condamner, lassé de faire barrage. Lassé de répéter toujours les mêmes arguments pour répondre aux mêmes mensonges et de crier les mêmes slogans pour recouvrir les mêmes insultes. Même les dessinateurs de presse se sont lassés de dessiner encore et toujours Le Pen éructant aux quatre vents. Le FN nous a eu à l’usure. Certains ne croient plus à l’utilité d’écrire. Alors arrêtons d’écrire ces chroniques Le FN les écrira bientôt à notre place. Certains ne croient plus à l’utilité de voter. Alors arrêtons de glisser nos bulletins dans l’urne. Le FN les remplit déjà à notre place…
IMAG0507

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article a été publié dans Débats Idées Points de vue, Démocratie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.