Justice : Claude Guéant s’est emmêlé les pinceaux

Le Canard Enchaîné – mercredi 25 mars 2015 – D.H.
C’est un sacré homme d’affaires. Claude Guéant a réalisé une formidable plus-value avec la vente de ses deux fameuses marines flamandes. Mandaté par la justice pour expertiser les deux croûtes, un homme de l’art a rendu son verdict : il estime que les deux tableaux, valent autour de 35 000 euros, et tout au plus 50 000 euros. Guéant, lui, a réussi à les vendre un demi-million ! Une opération commerciale qui lui vaut, depuis le 7 mars, d’être mis en examen pour faux, blanchiment de fraude fiscale et fraude fiscale.

l-une-des-parodies-publiees-sur-twitter_572825_510x255

A ses juges, l’ex-premier flic de France a expliqué qu’il n’avait pu que succomber à l’offre d’un avocat malaisien, tombé en pamoison devant les œuvres du peintre anversois Andries Van Eertvelt. Un client peu regardant : selon l’expertise, un  des deux tableaux ne porte même pas la signature de l’artiste du XVIIème siècle…
Le liquide liquidé Les enquêteurs de l’Office anti-corruption ont fait une autre découverte. En épluchant les comptes de Guéant, ils ont été « surpris » du très petit nombre de dépenses : ni retrait d’espèces, ni paiement par carte bancaire ou par chèque. C’est à Bercy plutôt que Place Beauvau que Guéant aurait dû exercer ses talents…

gueant_tableau

Parce qu’il faut bien se nourrir, Guéant vivait donc avec du liquide, comme en témoignent plusieurs factures trouvées à son domicile lors d’une perquisition en février 2013. Cette présence de cash et cette quasi absence de sortie de pognon renvoient à une autre enquête judiciaire, actuellement instruite par le parquet national financier. Lorsqu’il dirigeait le cabinet de Nicolas Sarkozy au ministère de l’Intérieur, Guéant piochait « environ » 10 000 euros par mois dans les sommes normalement allouées à la quête de renseignements et à la rémunération d’informateurs. Une manne, dont s’est justifié Guéant lors d’une garde à vue, destinée à compenser la disparition, le 1er janvier 2002, des fonds spéciaux attribués au cabinet ministériel.
Remplacés par une combine spéciale. 

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Justice, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.