La santé en France : débat autour du livre « Capital Santé, quand le patient devient client », de Philippe Batifoulier.

Les économistes atterrés –  07/04/2015 –
Aux États-Unis, la maladie peut conduire à des situations d’endettement dramatique. En France, on a longtemps cru que le fameux « système-de-santé-que-tout-le-monde-nous-envie » serait épargné. Le patient est pourtant souvent amené à payer des dépassements d’honoraires exorbitants, en ville comme à l’hôpital,  ou à affronter des déserts médicaux. Il subit les prix très élevés de l’optique, des soins dentaires ou des prothèses auditives. Plus généralement, il pâtit de la débâcle de l’Assurance maladie, qui ne rembourse qu’environ la moitié des soins courants auxquels est confrontée la grande majorité de la population.

29-PC-RENONCENT-A-SE-SOIGNER

imagesBBFQI1NUAinsi la maladie n’est-elle plus seulement une épreuve physique et morale, mais aussi une épreuve financière, largement indexée sur les inégalités sociales. Le patient renonce de plus en plus aux soins, faisant les frais de cette évolution jusque dans son corps. S’il fréquente l’hôpital public, sa souffrance rencontre celle des soignants qui, face à la folie managériale, finissent par s’accuser eux-mêmes de maltraitance involontaire.  Le système de soins, initialement pensé et construit pour protéger le patient, s’est donc littéralement retourné contre lui. Le patient se trouve dépossédé de son bien le plus précieux, sa santé, qui devient une formidable source de profit pour les cliniques privées, les compagnies d’assurance et l’industrie pharmaceutique.                  

 

Conférence-débat
Le Mercredi 15 Avril 2015 de 20h15 à 22h30
(Entrée libre et gratuite)
 au FIAP Jean Monnet 30 rue de Cabanis dans le 14° arrondissement
Métro Glacière
capital-sante-quand-le-patient-devient-client-philippe-batifoulier
Editions La Découverte / EAN commerce : 9782707182135 /
Date  parution : 09/10/2014 / 193 pages / Prix :  15 € 

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Santé, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.