Mer de Chine : Pékin et la stratégie des petits pas

Menace chinoise
Les revendications chinoises sur la majeure partie de la mer de Chine méridionale devraient « provoquer de la peur dans le reste du monde », a déclaré le président philippin, Benigno Aquino, à l’AFP. La possibilité d’une escalade des tensions dans la région « devrait rester au premier rang des préoccupations des dirigeants internationaux », a-t-il dit.

achine etats unis

A la manière d’un joueur d’échecs chattemite, Pékin avance ses pions en mer de Chine méridionale, espace maritime majeur de l’Asie du Sud-Est, censément riche en ressources énergétiques (gaz, pétrole) et halieutiques.
Sa stratégie ? Bâtir et aménager des îlots artificiels dans l’archipel des Spratleys (les îles Nansha, en chinois) pour mieux « coloniser la zone sans avoir à affronter directement les autres Etats de la région », note Le Temps.
Certes, ses velléités irrédentistes n’ont pour l’heure provoqué aucune conflagration, mais elles ne manquent pas de susciter l’ire des pays environnants – à commencer par le Vietnam et les Philippines – et des Etats-Unis. Barack Obama a ainsi accusé la Chine d’utiliser « sa taille et ses muscles » pour placer ses voisins en état de subordination, rapportent la BBC et Voice of America.
Le pouvoir chinois récuse toute volonté d’expansionnisme sur ce territoire qu’il considère de facto comme lui appartenant, mais argue de visées purement maritimes. A l’en croire, ses infrastructures auraient pour but de fournir des aides à la navigation, d’abriter des centre de recherche et de sauvetage ainsi que des stations de météorologie marine ou encore de garantir les activités de pêche, soulignent The Diplomat et le New York Times.
Les diplomates, eux, pensent que l’objectif ultime de Pékin est de disposer de bases opérationnelles avancées qui permettraient à son armée de manœuvrer plus aisément en cas d’accrochage militaire, avance le Daily Telegraph. Ian Storey, spécialiste de la mer de Chine méridionale à Singapour, cité par USA Today, abonde dans ce sens.
Incisifs, les médias chinois, dont le Global Times et le China Daily, fustigent l’ingérence et la partialité américaines. D’où l’appel lancé aux autres pays de la région de trouver une solution pacifique qui ne serait pas dictée par une « puissance extérieure » (comprendre : Washington). Laquelle s’en sortirait sans dommages – voire retirerait des bénéfices – en cas d’escalade du conflit…
Le Monde 15 avril 2015

achine menacefavre

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Débats Idées Points de vue, Défense, International, Médias, Non classé, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.