Le projet d’une méga-ferme conchylicole à l’île d’Oléron fait réagir

L’âge de faire N° 96 avril 2015
L’île pourrait prochainement se doter d’un parc de 252 hectares dédié à la production industrielle d’huîtres et de moules, au cœur de l’anse de la Malconche.
Fin décembre, suite à l’enquête publique, le commissaire a donné son aval, alors que sur 1097 avis recueillis, 77% étaient défavorables à cette implantation. « Ce projet conduit à la confiscation et à la dégradation irréversible d’un espace littoral et maritime exceptionnel pour le seul bénéfice de quelques intérêts conchylicoles privés« , dénonce l’Aplimap. Cette association de préservation du littoral estime que l’installation neutraliserait environ 2 500 hectares de domaine public maritime. L’exploitation provoquerait en outre, par les rejets organiques de millions d’huîtres et de moules (estimés entre 300 et 800 tonnes par jour), un « envasement rapide et irréversible » du site. L’investissement de 4,5 millions d’euros, serait financé à 80% par de l’argent public.

fond-banniere-aplimao

 

APLIMAP – Association pour la Préservation du Littoral de la Malconche et des Pertuis charentais. Refus des filières d’huîtres et de moules et de l’envasement des plus belles plages de l’île d’Oléron. NON au béton et à 15000 bouées sur 313 hectares »
Lire : « Après l’opposition citoyenne et légaliste, la désobéissance civile du mouvement zadiste ? Le déni démocratique des autorités et le mépris vis-à-vis des citoyens et des maires oléronnais produisent leur radicalisation » (APLIMAP)

carte

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Démocratie, Ecologie, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.