Arte – Une série d’Arte.tv sur nos données personnelles : Do Not Track,

A l’ère du big data, de la mobilité et du tout-gratuit, le modèle économique du Web est alimenté par les données que les internautes – donc nous tous – laissent derrière eux en surfant sur la Toile, tout au long de la journée (tracking, cookies, publicités ciblées…).

ado-not-track

Qui donc récupère ces données personnelles, et comment ? De sérieux éléments de réponses sont apportés par Do Not Track, une websérie documentaire sur l’industrie du tracking imaginée par le réalisateur canadien Brett Gaylor et coproduite par Arte et Upian.
ado no trackLes sept épisodes vidéo de cette série interactive et innovante, lancée le 14 avril, proposent en effet de comprendre ce que deviennent les nombreuses données que nous laissons sur le Web pendant notre navigation. Do Not Track est une ambitieuse coproduction internationale, réalisée en trois langues, et dont le propos est incarné par des personnalités reconnues (Vincent Glad, Zineb Dryef et Virginie Raisson en France, Richard Gutjahr en Allemagne, le réalisateur Brett Gaylor en Amérique du Nord, Sandra Rodriguez au Québec).
Toutes les deux semaines, un épisode aborde un thème différent : de nos smartphones aux réseaux sociaux, en passant par la publicité personnalisée ou le big data. Les deux premiers épisodes sont déjà visibles. Le troisième sera mis en ligne le 28 avril, et le quatrième le 12 mai.
Une grande partie des épisodes utilisent des images provenant du Web, comme des GIF ou des contenus localisés. Cette technique permet de créer des films instantanés dans lesquels le contenu s’adapte à la situation géographique de l’internaute. Une enquête qui, au-delà de la dimension pédagogique très bien présentée, remet l’internaute au cœur d’enjeux dont il est le principal acteur. Et cela bien malgré lui.
Le Monde 20/04/2015

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans International, Médias, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.