neuf-quinze – Gröning : un procès médiatico-judiciaire ?

neuf-quinze@arretsurimages.eu  21/04/2015

Gröning : les deux procès

 09h15Comme tous les procès d’anciens nazis, le procès d’Oskar Gröning, 93 ans, ancien « comptable » à Auschwitz, sera autant médiatique que judiciaire. A Auschwitz, le rôle de Gröning consistait à trier les vêtements et les possessions des exterminés, et à faire rapatrier en Allemagne ce qui était d’une quelconque valeur. De ses mains, il n’a exécuté personne. Mais il était là. Il a assisté. Il a vu, et c’est désormais suffisant pour la Justice allemande. Son procès, donc, commence ce mardi à Lunebourg. Ce devrait être un des derniers procès intentés contre un ancien nazi.
Gröning est un cas particulier. Comme tous les accusés, objectera-t-on. Oui, mais Gröning est encore plus particulier que les plus particuliers. Dans les décennies d’après guerre, il parvient à taire, y compris auprès de ses proches, son affectation à Auschwitz, et coule des jours paisibles. S’il décide finalement, au tournant du siècle, de rappeler son passé, selon sa très complète notice Wikipedia (1), citant le documentariste de la BBC Laurence Rees, source apparemment unique, c’est pour lutter contre le négationnisme, dont la montée le préoccupe. Il tente alors d’entreprendre un débat semi-public avec les négationnistes, sur le mode : « J’ai tout vu, les chambres à gaz, les crémations, le processus de sélection. Un million et demi de Juifs ont été assassinés à Auschwitz. J’y étais ». S’il avait décidé de continuer à se taire, peut-être ne comparaitrait-il pas devant le tribunal de Lunebourg.
Mais l’ex-nazi est-il vraiment repenti ? La presse semble chercher d’autres éléments que ceux qui intéressent la Justice. Ici encore, il faut distinguer le procès judiciaire, et le procès médiatique. D’après le correspondant du Monde à Berlin (2), Frédéric Lemaître, un journaliste du Spiegel, passant 48 heures avec Gröning en 2005, l’aurait entendu fredonner machinalement des chants nazis- « orsque du sang juif coulera à nouveau de nos couteaux, tout sera bien à nouveau » cite Lemaître. Si Lemaître le rapporte, c’est que le Spiegel l’a écrit. Et si le Spiegel l’a écrit, c’est que le très sérieux hebdomadaire a considéré -comme aujourd’hui Lemaître qui le rapporte- qu’il s’agissait d’un élément d’information intéressant le public. On reste perplexe devant la nature, et la méthode d’obtention, de ce nouvel élément à charge. Au cours de ces 48 heures de reportage, Gröning, alors déjà âgé de 83 ans, n’a-t-il fredonné que des chants nazis ? Etait-il conscient que le journaliste l’entendait ? Avait-il bu ? Ce délit de fredonnement, rapporté par le Spiegel, a-t-il pesé dans la décision de le traduire en justice ?  Va-t-il lui être compté à charge au procès ?
Ce fredonnement, comme son tardif activisme anti-négationniste : ces deux éléments, l’un à charge, l’autre à décharge, sont deux éléments du procès médiatique de Gröning. Ils devraient en toute logique être absents du procès judiciaire, qui ne devrait juger que les faits de l’époque. Le problème, c’est que dans leur perception par le public, les deux procès vont se confondre. Toute réflexion sur « le cas Gröning » n’a donc d’autre choix que d’embrasser, globalement, cette sorte de monstre : un procès médiatico-judiciaire. A quoi servira-t-il ? Quel sera son impact ? Comment le rendre utile ? Quelqu’un y a-t-il seulement réfléchi ?

915original_80415_demi

1) http://fr.wikipedia.org/wiki/Oskar_Gr%C3%B6ning
(2)http://abonnes.lemonde.fr/europe/article/2015/04/20/l-allemagne-juge-oskar-groning-le-comptable-d-auschwitz_4619022_3214.html
Daniel Schneidermann

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans chronique, Europe, Justice, Médias, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.