Turquie – Ankara persiste à nier le génocide des Arméniens

Le Monde 24/04/2015
Ankara n’a jamais prononcé le « G-word » de « génocide » et persiste à évoquer la « catastrophe » qui a coûté la vie à 1,5 million d’Arméniens en 1915. Si le terme reste tabou dans les discours officiels, la presse turque exhorte le pays à affronter son passé trouble et à reconnaître son implication.
« La confrontation avec l’histoire ne peut que nous apporter la liberté, argue le Yeni Safak. L’historien Murat Bardakçi partage cet avis dans le quotidien Habertürk : « Les déclarations du pape (…) ont provoqué un branle-bas de combat diplomatique chez nous. Cet affolement qui dure déjà depuis plus de trente ans n’a pas de raison d’être », affirme-t-il. Et de poursuivre : « Savez-vous ce qui se passera si Obama utilise le mot ‘génocide’ ? Rien du tout ! », écrit-il.
Le quotidien Star pense que la Turquie s’enferme dans sa négation du génocide, poussée à « un réflexe de défense » face à l’intransigeance arménienne. Pourtant, si la presse turque invite la société civile à assumer cet épisode sombre pour pouvoir le dépasser, le régime d’Ankara reste hermétique à cette attitude progressiste. Ainsi, le président Erdogan a eu l’ingénieuse idée de choisir la date du centenaire du génocide, le 24 avril 2015, pour célébrer les 100 ans de la bataille des Dardanelles, en conviant gracieusement son homologue arménien. Outré, celui-ci a dénoncé une basse manœuvre pour « détourner l’attention de la communauté internationale », fustigeant avec virulence « la politique traditionnelle de négation de la Turquie », relate Zaman.
Commémoration du centième anniversaire du génocide arménien.

arménie commémoration

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Culture, Politique, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.