Eoliennes – 75 % des riverains ne sont pas gênés par leur bruit

Alors que les députés se penchent sur un amendement proposant de multiplier par deux la distance minimale entre éoliennes et premières habitations, un sondage exclusif CSA démontre l’inadéquation d’une telle mesure avec l’opinion publique.
41382Selon les riverains eux-mêmes, interrogés, la réglementation actuelle garantit d’ores et déjà l’acceptation des éoliennes par les habitants et leur intégration dans le paysage. France Énergie Éolienne appelle les députés à entendre l’avis des sondés et à maintenir la distance minimale actuelle de 500 mètres. En jeu : la capacité de la France à atteindre ses objectifs en termes d’énergies renouvelables.
Le projet de loi relatif à la transition énergétique pour la croissance verte souhaite porter « la part des énergies renouvelables à 23 % de la consommation finale brute d’énergie en 2020 et à 32 % de cette consommation en 2030, cet objectif est décliné en 40 % de la production d’électricité, 38 % de la consommation finale de chaleur, 15 % de la consommation finale de carburants et 10 % de la consommation de gaz ». Ce qui signifie, qu’à l’horizon 2030, 40 % de notre électricité devra être produite à partir d’énergies renouvelables.
Or, selon ERDF, en 2014, les énergies renouvelables représentaient 19,5 % de la consommation électrique française. La marge de progression est donc encore importante avant d’atteindre l’objectif du projet de loi.
Malheureusement, les sénateurs, qui ont déposé 1 000 amendements au projet de loi, ont aussi proposé de multiplier par deux la distance minimale entre une éolienne et une habitation, en la portant à 1 kilomètre : « La délivrance de l’autorisation d’exploiter est subordonnée à l’éloignement des installations d’une distance de 1 000 mètres par rapport aux constructions à usage d’habitation, aux immeubles habités et aux zones destinées à l’habitation définies dans les documents d’urbanisme en vigueur à la date de publication de la même loi. » (article Article 38 bis BA).
Selon France Energie Eolienne (FEE)[1], cette mesure « marquerait un véritable coup d’arrêt à la transition énergétique, ainsi que le démontre la carte de France avant / après » publiée par la même association : à 1 kilomètre de distance des habitations, les zones propices à l’installation d’éoliennes (selon les SRE, schémas régionaux éoliens) se réduisent à peau de chagrin.
Cette proposition a été portée par le sénateur Jean Germain (PS)[2] qui avait déclaré : « Allez donc vous promener près d’une éolienne géante: le bruit est infernal« , une affirmation que nous infirmons catégoriquement après plusieurs enquêtes au pied d’éoliennes en fonctionnement dans différents parcs éoliens (Bretagne, Ile-de-France, Nord-Pas-de-Calais), et qui est confirmée par un récent sondage auprès des riverains.
Les députés rétablissent la distance minimale de 500 mètres entre éoliennes et habitations
Finalement, les députés se sont prononcés le 15 avril au soir en faveur du maintien de la distance minimale réglementaire actuelle entre éoliennes et habitations à 500 mètres.
Les députés ont demandé que la distance entre éoliennes et habitations soit fixée au cas par cas par arrêté préfectoral pour chacun des parcs. Or, les professionnels de l’éolien soulignent que les préfets étudiaient déjà au cas par cas l’implantation des éoliennes par rapport aux habitations.
Trois quart des riverains d’éoliennes ne les entendent pas !
Le sondage[3] publié, mené par CSA auprès de Français habitant à proximité de parcs éoliens, casse les idées reçues sur l’acceptation des éoliennes par les riverains. Ils sont 70% à en avoir une image positive et autant à les considérer bien implantées dans le paysage. Plus de trois quart d’entre eux affirment même ne jamais les entendre ! Pour FEE, « ces taux sont révélateurs de la désinformation dont sont victimes les élus. » Frédéric Lanoë, président de France Énergie Éolienne explique : « Le Sénat propose une mesure censée protéger les Français habitant à proximité de parcs éoliens ; or eux-mêmes nous affirment que la distance réglementaire actuelle de 500 mètres leur garantit un cadre de vie inchangé« .
France Énergie Éolienne rappelle que la proposition du Sénat d’imposer une distance de 1 kilomètre entre éoliennes et premières habitations a été réalisée sans aucune étude préalable, ni scientifique ni de terrain. Si elle était adoptée, elle rendrait quasiment impossible tout nouveau projet de parc éolien : 85% du territoire se verrait « interdit » d’éolien. Un comble pour une loi qui promet le développement des énergies renouvelables en France !
Des bénéfices écologiques bien perçus par les riverains
L’acceptation par les riverains des parcs éoliens résulte, selon France Énergie Éolienne, de l’attention particulière que portent les professionnels au positionnement des éoliennes, dont l’implantation fait l’objet d’une concertation avec les conseils municipaux et le préfet, à qui la décision finale revient. Les SRE (schémas régionaux éoliens) fixent dans chaque région les zones propices à l’installation d’éoliennes en fonction de critères multiples. Ainsi selon le sondage CSA, 81% des riverains déclarent s’être senti soit confiant, serein, indifférent ou enthousiaste à l’idée de la construction du parc.
Les riverains affirment ainsi non seulement accepter les parcs éoliens, mais aussi apprécier l’engagement de leur commune en faveur de la préservation de l’environnement. « Les éoliennes sont aujourd’hui intégrées par les habitants dans leur vie quotidienne. Ils sont une très large majorité à en avoir une image positive ou neutre. J’ai toute confiance dans nos investissements en recherche et développement et notre travail d’information pour convaincre rapidement les 7% de la population locale qui expriment encore des réticences. Les députés doivent à présent entendre le message des Français et intégrer l’acceptation exprimée par les riverains dans le projet de loi pour la Transition énergétique, pour construire un modèle énergétique français crédible et durable, » conclut Frédéric Lanoë.
La suite de l’examen du texte sur la transition énergétique sera débattu en séance publique les 19, 20 et 21 mai prochains, notamment sur deux sujets primordiaux pour la profession que sont la diminution des délais de raccordement au réseau et l’arbitrage indispensable pour la cohabitation entre éoliennes et radars. À la suite de l’examen du texte par l’Assemblée nationale, il sera de nouveau étudié par le Sénat, avant un vote définitif par l’Assemblée, qui aura le dernier mot.

41384

Dans tous les cas, nos décideurs devront être cohérents : promouvoir les énergies renouvelables et diminuer la part de l’énergie nucléaire dans la production d’électricité à 50 % (contre 75 % actuellement) d’ici à 2025 nécessitera de conforter un cadre législatif devenu récemment moins contraignant. En effet, la filière éolienne vient juste de redémarrer, après 4 années de ralentissement de sa croissance.
NotesFrance Energie Eolienne est le porte-parole des professionnels éoliens français. Les membres de FEE ont construit plus de 90% des turbines installées sur le territoire français et en exploitent plus de 85%
Jean Germain, également maire de Tours, s’est suicidé le 7 avril 2015, au premier jour du procès de l’« affaire des mariages chinois », dans lequel il était mis en examen. On pourra retrouver son point de vue anti-éolien dans l’article de Contrepoints. Jean Germain indiquait également que la Grande-Bretagne et l’Allemagne ont fixé une distance minimale de 1,5 kilomètre et les États-Unis 2 kilomètres.
Sondage réalisé par téléphone du vendredi 27 au samedi 28 mars 2015 auprès de 506 individus âgés de 18 ans et plus représentatifs de la population française habitant dans une commune située à moins de 1000 mètres d’un parc éolien. Suivi des quotas (sexe, âge, région).
Auteur – Christophe Magdelaine / notre-planete.info – Tous droits réservés
Notre planète info 16 avril 2015

aeolinfalleron_un-parc-de-cinq-eoliennes-inaugure

Photo © C. Magdelaine / notre-planete.info

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Ecologie, Economie, Energie, Nature, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.