Lutte contre l’obésité : plus c’est gros, moins ça se voit

Le Canard Enchaîné – 25/04/2015 – Conflit de Canard –
55-phosphore-obesite340 000 « COBAYES » dans 60 pays, dont la France. Le plus grand travail jamais réalisé sur les causes de l’obésité. Des résultats publiés en mars dans « Nature », l’une des revues scientifiques internationales les plus prestigieuses. Et un assourdissant silence. Peut-être parce que sa conclusion est dure à avaler pour l’industrie agroalimentaire. En étudiant tous les gènes dont on soupçonne qu’ils ont une influence sur l’obésité, les chercheurs britanniques, suédois et américains qui ont piloté l’étude se sont rendus compte qu’une majorité (50 sur 97) étaient connectés aux circuits neuronaux qui contrôlent la prise de nourriture.
Autrement dit, l' »épidémie » d’obésité dans les pays occidentaux est due à un système image-obesite-infantile1nerveux central qui disjoncte. Et pourquoi disjoncte-t-il ? Parce qu’il est assailli par un tas de messages qui l’incitent à manger plus que de raison. Les vraies causes de l’obésité ne sont donc pas exactement celles que l’agroalimentaire met en avant, comme le manque d’exercice physique, la mauvaise pioche héréditaire ou, plus exotique, ces polluants hormonaux qui détraqueraient notre métabolisme pour nous faire stocker plus de graisses. L’étude de « Nature » nous le fait comprendre : c’est en partie à cause du matraquage publicitaire que la France compte aujourd’hui 46% d’adultes en surpoids obèses.
Rappelons que, rien que dans l’Hexagone, les industriels de l’agroalimentaire dépensent chaque année plus de 1 milliard d’euros en spots télé. Lorsque certains avaient tenté de faire interdire la publicité pour la malbouffe dans les programmes pour la jeunesse, le CSA avait opportunément souligné : « L’alimentation est le premier investisseur publicitaire en télévision »…
L’étude parue dans « Nature » pointe aussi l’utilisation massive des exhausteurs de goût. Ces moteurs gustatifs, comme le sel, le gars et le sucre, dont les industriels bourrent leurs produits pour nous en faire manger toujours plus. Sans compter l’assaisonnement chimique : 357 colorants, arômes artificiels, correcteurs d’acidité et autres additifs sont autorisés dans nos assiettes ! Et que dire du sucre liquide dans les sodas (60 litres par an et par habitant), qui leurre le cerveau en l’empêchant de comptabiliser les calories avalées… 
Les députés viennent de voter l’interdiction des fontaines à soda à volonté que certaines grosses enseignes ou fast-foods avaient eu la lumineuse idée de mettre à la disposition de leurs clients. C’était un peu trop gros…     

chappatte_obesite

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Agroalimentaire, Santé, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.