Mer de civilisation ou cimetière marin ? Après le Vietnam en 1979, un bateau pour la Libye ? Mais ou sont les intellectuels ?

La France a-t-elle à ce point changé que ces appels à la solidarité soient inimaginables aujourd’hui ? Ou sont les intellectuels ? Les ONG ? Les Archevêques ? Les Maires ? Les présidents ?
Edito- LE MONDE | 20.04.2015 Extrait
Cela ne fait que commencer : avec le printemps puis l’été, le sinistre cabotage des « cargos de la mort » s’intensifie. Entre les côtes d’Afrique du Nord et celles, toutes proches, de l’Italie, ou de Gibraltar, la Méditerranée se transforme en un gigantesque cimetière marin.
Chaque semaine, un de ces rafiots de fortune, cale et ponts surchargés d’immigrants clandestins, chavire : déjà 900 morts recensés depuis le début de l’année (90 il y a un an à la même date). Et à ceux-là il faut ajouter les quelque 700 morts d’un chalutier qui a sombré ce week-end au large de la Libye.
Tragédie sans fin. Les morts se compteront par dizaines de milliers d’ici à l’automne. Du Proche-Orient, d’Afrique subsaharienne, de Libye, des hommes jeunes, des familles entières fuient la misère et la guerre. Ils savent les risques encourus. Ils paient leur passage. Ils sont rackettés avant d’arriver sur les côtes sud de la Méditerranée. Ils sont la proie de ces modernes esclavagistes que sont les réseaux de passeurs criminels.
Zone de droit , de stabilité politique et de richesse, l’Union européenne attire ces centaines de milliers de malheureux.
………
Même si elle ne peut pas grand-chose l’UE doit aider à la stabilisation de son environnement Moyen-Orient et Maghrébin.

4619264_3_9c84edito_des-migrants-rescapes-dans-l-ile-de-lesbos_9c1b5f79442a02797fc2feab7fbfe5eb

Cette politique relève d’un devoir moral. Car l’essentiel de ce flux migratoire historique est porté par des pays bien moins lotis : 1,5 millions de réfugiés en Turquie, autant au Liban, autant en Jordanie. L’Europe doit être à la hauteur de sa prétention à être une mine de richesses matérielles porteuse de valeurs éthiques. Une fois de plus, un peu de son destin se joue en Méditerranée

Après le Vietnam en 1979, un bateau pour la Libye ?

LE MONDE | 26.04.2015 Par Sylvie Kauffmann Extrait
En 1979, toute la France est solidaire des boat people vietnamiens et Cambodgiens.
C’était il y a 36 ans. Aujourd’hui la communauté internationale est confrontées à une crise humanitaire d’ampleur comparable. Cette fois ce n’est pas le golfe de Siam qui engloutit les naufragés, mais la Méditerranée.
L’Elysée recevait ce jour-là deux visiteurs très spéciaux, deux intellectuels illustres qui ne se parlaient plus depuis trente ans. Le fait qu’ils aient accepté de venir ensemble, surmontant leurs divergences idéologiques profondes, avait convaincu le président Valéry Giscard d’Estaing de les recevoir. A la sortie, sur le perron, ce mardi 26 juin 1979, c’était la cohue. Jean-Paul Sartre et Raymond Aron, escortés par André Glucksmann et Pierre Miquel, avaient-ils réussi à convaincre le chef de l’Etat ?
Ils n’avaient pas, en tout cas, ménagé leurs efforts. Dans ses mémoires, Le Pouvoir et la vie, Valéry Giscard d’Estaing raconte l’entretien : « Ils me dépeignent la détresse des boat-people. La manière odieuse dont ils sont maltraités par des pirates pendant leur voyage et le caractère inhumain de l’accueil qui leur est fait, lorsqu’on les enferme dans des sortes de camps de concentration, en Thaïlande ou à Hongkong, d’où ils ne pourront jamais sortir. »
Le président ne dit pas que ses interlocuteurs lui ont demandé d’accueillir 45 000 de ces réfugiés dans un camp de transit en France, ni ce qu’il a décidé. Devant la presse réunie un peu plus tard au Collège de France, Sartre, déçu, parle « d’une fin de non-recevoir ». Plus indulgent, Aron évoque « les interrogations » que le président « se posait à lui-même » sur ses chances de convaincre ses collègues du G7, qu’il doit retrouver le lendemain au sommet de Tokyo. Il lui faut, explique l’historien, « transformer l’atmosphère d’égoïsme normale entre chefs d’Etat ».
Ces grands intellectuels sont intervenus au nom du comité. Un bateau pour le Vietnam. Ils veulent que les pays occidentaux établissent un pont aérien pour sauver les réfugiés vietnamien et cambodgiens qui fuient par centaines de milliers les régimes communistes depuis 1978 responsable médical du comité, Bernard Kouchner a fait affréter un bateau, L’Ile de Lumière, qui, transformé en navire-hôpital porte secours au boat people errant dans le golf du Siam. A son bord des médecins français bénévoles, leur apportent les premiers soins, puis vont soigner les réfugiés parqués dans de camp en Malaisie.
Ils ne sont pas seuls toute la France semble alors mobilisée, solidaire face à ce drame humanitaire qui verra en quelques années , deux millions de Vietnamiens fuir leur pays dans des conditions si, périlleuses que le HCR, estime de 200 000 à 250 000 le nombre de ceux qui sont morts noyés ou massacrés par les pirates et gardes côtes thaïlandais ou malaisiens.
Les ONG sont en première ligne : MSF bien sûr, mais aussi le Secours populaire, le comité du riz pour le Cambodge etc… France Terre d’asile… le 25 juin 1979, Mg Etchegaray, archevêque de Marseille lance un appel à la télévision à tous les catholiques de France pour qu’ils prennent en charge au moins une famille cambodgienne ou vietnamienne.
…………….
La France a-t-elle à ce point changé que ces appels à la solidarité soient inimaginables aujourd’hui ? Ou sont les intellectuels ? Les ONG ? Les Archevêques ? Les Maires ? Les présidents ?
Jeudi 23 avril lors du sommet européen enfin convoqué sur la question à Bruxelles, Angela Merkel, David Cameron et François hollande ont rivalisé pour botter en touche sur tout ce qui pouvait ressembler à une solution sérieuse. M. Hollande a proposé d’accueillir 500 à 700 réfugiés syriens en France – ils sont plus de 3 millions.
M. Cameron dans la dernière longueur d’une campagne électorale difficile chez lui, a dit qu’il n’en voulait pas. La palme de l’esquive revient au premier ministre néerlandais, Mark Rutte : «  La dernière fois que j’ai vérifié sur la carte, la Libye, c’était en Afrique, pas en Europe » a- t-il dit. C’est vrai. La dernière fois que j’ai vérifié, le Vietnam et le Cambodge, c’était en Asie, pas en Europe.
kauffmann@lemonde.fr

aMigrants

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Débats Idées Points de vue, Europe, International, Politique, Solidarité, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.