Bertrand Piccard : «La Chine n’est pas le plus grand pollueur au monde»

24Heures-SuisseJeudi 30 avril 2015
Sans titre
Le tour du monde de Solar Impulse 2
51891249Bertrand Piccard évoque les enjeux du tour du monde qu’il partage avec André Borschberg. Ce dernier s’envolera dans quelques jours pour traverser le Pacifique.En cinq mois et 12 étapes, l’avion solaire de André Borschberg et Bertrand Picard volera tout autour de la planète. Avec ses quatre moteurs électriques à hélice de 17,5 chevaux, SI2 est le premier avion propulsé à l’énergie solaire capable de voler plusieurs jours et nuits d’affilée. Il doit se poser douze fois pendant les 35’000 kilomètres de son odyssée, dont 25 jours de vol effectifs.
Solar Impulse est en Chine depuis un mois déjà. Après trois semaines à Chongqing, le dragon solaire repose depuis dix jours à l’aéroport de Nankin. En attendant l’envol pour le Pacifique, début mai. Mais l’équipe, elle, s’impose des journées de travail à la chinoise: elle enchaîne des événements avec visiteurs et partenaires. Les deux pilotes, André Borschberg et Bertrand Piccard, se plient à un marathon de relations publiques. L’aéronaute et psychiatre vaudois est à l’aise dans ces exercices de communication comme un poisson dans l’eau.
Cela ne vous pèse pas de rester si longtemps en Chine? 
– Non, la Chine est l’une des escales les plus importantes. Il était prévu d’y rester un mois, car c’est le plus grand pays du monde, c’est même le centre du monde. Le centre de gravité de la terre n’est plus en Europe ou aux Etats-Unis. Savez-vous que la Chine est en train d’installer plus de panneaux solaires que l’entier de la production électrique américaine?
N’est-ce pas aussi le premier pays consommateur de charbon?
– C’est vrai qu’ils ont des centrales au charbon et qu’ils en ont besoin. Mais ils investissent très vite et massivement dans les énergies vertes. On dit souvent que la Chine est le plus grand pollueur du monde, mais c’est malhonnête. L’Europe et les Etats-Unis font produire ici une grande partie de leurs biens de consommation. Par conséquent, nous exportons notre pollution en Chine. C’est aujourd’hui le premier pays producteur de panneaux solaires au monde. Les Chinois pratiquent un dumping sur les prix qui a peut-être coulé l’industrie allemande, mais qui a permis de diviser les prix du solaire par quatre. Savez-vous que la majorité des motos à Shanghaï sont électriques? Il faut être ouvert et subtil pour comprendre les réalités de la Chine.
Le pays pratique un mix énergétique total, avec charbon, nucléaire et cleantechs (technologies propres). Est-ce que votre vision d’un futur propre («Future is clean») a un sens ici?
– Oui, cela parle aux Chinois, d’autant plus qu’ils ont énormément de problèmes de pollution. Quand Albert de Monaco a parlé de Solar Impulse au président chinois Xi Jinping, ce dernier a répondu qu’il aimait ce projet parce que l’énergie solaire est importante en Chine. C’est probablement une des raisons pour lesquelles nous avons obtenu des autorisations aussi complètes pour venir voler en Chine.
Qu’est-ce que Solar Impulse apporte de plus?
– Le but n’est pas d’en rajouter sur les problèmes de pollution et de CO2. C’est de montrer des solutions et de prouver à tout le monde qu’on peut concilier la croissance économique et la protection de l’environnement grâce à l’efficience énergétique. Ce message est entendu par les Chinois en ce moment, leur pays a pris un virage. Leur niveau de vie augmente tellement qu’ils doivent créer des emplois. Les cleantechs sont probablement le domaine qui va en créer le plus à l’avenir.
Sans titre
L’environnement a-t-il vraiment besoin de plus de développement?
– La protection de l’environnement est souvent placée en opposition au développement économique. Ma conviction est qu’il faut chercher l’équilibre, concilier les deux. Les technologies propres permettent de concilier les extrêmes, comme dans la philosophie taoïste. Le monde ne peut pas survivre sans économie ni emplois. C’est le message de Solar Impulse, on est là pour montrer que c’est compatible. Avec toutes les cleantechs existantes, on pourrait diviser par deux toutes les émissions de CO2 du monde. Un exemple: notre partenaire, Bayer MaterialScience, a mis au point un procédé pour produire du chlore avec 30% d’économie d’énergie. Personne n’était intéressé à reprendre cette invention en Europe. Les Chinois, eux, ont décidé que dès l’année suivante ce serait le seul procédé accepté chez eux.
Vous ne prônez pas la décroissance?
– Je ne suis pas du tout dans cette vision. La dimension philosophique de la décroissance a peut-être un intérêt, mais psychologiquement, c’est impossible. Un être humain ne veut pas abandonner ce qu’il a, il veut plus et il veut mieux. On n’arrivera jamais à la décroissance, sauf dans une crise majeure. La seule manière d’y parvenir ce serait d’épuiser toutes les ressources de la planète et de se retrouver sans énergies, mais cela provoquerait une guerre mondiale pour s’approprier les dernières ressources. Notre priorité doit être donnée à la croissance dans les cleantechs. La Chine l’a compris, l’Europe met plus de temps.
Solar Impulse, c’est un message avant d’être un prototype et un exploit?
– Oui, le message sur les énergies propres était prêt avant l’avion. Il y a quatorze ans c’était anecdotique pour certains, mais pas pour moi. Aujourd’hui, tout le monde comprend cette dimension.
Cela ne fait-il pas de vous et d’André Borschberg des pionniers missionnaires?
– J’ai toujours regretté que les gens célèbres, quand ils sont face aux puissants de ce monde et aux micros des médias, ne fassent pas passer de messages utile à l’humanité. J’ai une immense admiration pour les astronautes. Mais quand ceux des programmes Gemini et Apollo rentraient, ils disaient juste : «J’ai accompli ma mission». Ce n’est pas utile pour l’humanité. Ce qui me semble utile pour tout le monde, c’est de dire : j’ai vu notre planète, c’est encore un miracle d’avoir de la vie ici-bas. Il faut tout faire pour la protéger.
Sans titre

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Ecologie, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.