Défilé du FN : violences contre les Femen et les journalistes, le vrai visage du parti

L’obs 02-05-2015 Par Thierry de Cabarrus Chroniqueur politique
thierry de Cabarrus bLE PLUS. Le défilé Front national du 1er mai place de l’Opéra à Paris n’aura pas été de tout repos. En plus des agressions perpétrées à l’encontre des Femens et des journalistes, une tension père-fille était palpable ce vendredi. Le parti de Marine Le Pen a beau avoir été, soit disant, « dédiabolisé », il n’a à l’évidence pas changé, estime Thierry de Cabarrus.
Le vieux chef doit bien rigoler, lui que sa fille Marine Le Pen a brutalement renié au terme d’un ultime dérapage, afin de ripoliner le Front national en parti « compatible avec la République », selon l’expression plutôt malvenue de Nicolas Sarkozy.
 Car sans aucun doute, le Front national de Jean-Marie Le Pen est soudain réapparu, ce 1er mai, tel qu’il a toujours été, c’est-à-dire d’une violence à faire peur à l’égard de tous ceux qui entendent le contester ou révéler sa vraie nature.
 On remercie les Femens
 Les Français qui, ces dernières années, ont cru qu’ils pouvaient voter pour le FN en considérant qu’il était devenu finalement un parti aussi respectable que les autres, en auront été pour leurs frais, s’ils ont pu regarder les chaines d’infos continue ou sur les vidéos postées sur les réseaux sociaux.
 On ne remerciera jamais assez les Femen, avec lesquelles on n’aura pas toujours été d’accord, loin de là, d’avoir permis cette fois aux quelques 25% de Français qui se sont laissés aller à voter pour le FN, de voir la vraie nature de ce parti.

femen

 Les Femen sur le balcon d’une chambre d’hôtel en face du rassemblement annuel du FN. NICOLAS MESSYASZ/SIPA
Car chacun aura pu voir, par exemple, les gros bras du service d’ordre du Front national commettre une violation de domicile en pénétrant dans la chambre d’hôtel que les Femen avaient louées, puis se ruer sur les trois contestatrices, les molester et les interpeller sans avoir l’autorité légale pour le faire, alors qu’elles manifestaient seins nus au balcon pendant le discours de Marine Le Pen.
Un comportement scandaleux, filmé à bon escient par les télévisions, qui en dit long sur les méthodes particulièrement musclées, voire totalement illégales du FN et qui a provoqué l’indignation sur Twitter :
Pas toujours en accord avec les #Femen mais c’est grâce à elles que la vraie nature du #FN a encore été démontrée ! @FEMEN_Movement — Jean-Luc Romero â��ï¸ï¿½ (@JeanLucRomero) 1 Mai 2015
Le Front National, parti d’extrême-droite, reste dangereux pour la République : http://t.co/3HUsvaGAgf — Anne Hidalgo (@Anne_Hidalgo) 1 Mai 2015
Bonjour @InterConHotels, vous n’avez pas honte ? #1ermaiFN pic.twitter.com/YQJGxcdTnX — Le Cabinet Noir © (@Cabinet_Noir) 2 Mai 2015
Jean-Marie Le Pen avait donc d’autres bonnes raisons de se réjouir, lui qui, contrairement à sa fille, ne veut surtout pas que le FN devienne un parti de gouvernement et qui ne rate jamais une occasion de mettre par terre les tentatives de dédiabolisation de son entourage.
 « Ils auraient dû frapper plus fort! »
 C’est dire s’il a dû exulter quand il a vu par exemple son fidèle Bruno Gollnisch, le négationniste que Dieudonné invite à ses spectacles quand il fait son sketch odieux sur la Shoah, s’en prendre à l’équipe des journalistes du « Petit journal ».

aFNscapture_decran_2015-05-01_a_15_22_03_0

 Là encore, la scène a été filmée, où l’on voit l’ami de Le Pen donner des coups de parapluie aux reporters de Canal Plus et s’emparer de la perche qui, disait-il, était en train de « l’espionner ».
Vidéo Bruno Gollnish , frappe des journalistes
D’autres journalistes ont été également bousculés assez sévèrement par les militants du FN, par exemple, une équipe de « C à vous ». Et là encore, ces violences ont provoqué la colère sur les réseaux sociaux.
 Nos journalistes @cavousf5 ont aussi été agressés lors du défilé du FN. Leur caméra est cassée. Ils ont été évacués par le service d’ordre — Anne-Sophie Lapix (@aslapix) 1 Mai 2015
La liberté de la presse est toujours un problème pour le #FN, manifestement. Tt mon soutien aux 3 journalistes de @LPJofficiel agressés #LPJ — Fleur Pellerin (@fleurpellerin) 1 Mai 2015
Agression des journalistes du @LPJofficiel : la preuve que le @FN_officiel à moins changé qu’on ne le dit et encore moins qu’on ne le croit— jean-michel aphatie (@jmaphatie) 1 Mai 2015
 Une indignation à laquelle a répondu, la provocation odieuse d’un ancien candidat FN  qui, cette fois encore, a dû bien faire rire le vieux Le Pen :
  #1ermai : Un ancien candidat FN aurait aimé que les militants frappent « plus fort » http://t.co/NB2oVkdSrR pic.twitter.com/xpvlUD8CkO — Le Lab (@leLab_E1) 1 Mai 2015
Le FN comme dans les 80’s
 Tous ceux qui connaissent le président d’honneur (sic) du Front national peuvent imaginer sa réaction face aux événements scandaleux qui ont marqué cette journée. Car ces bavures n’ont pu que l’aider à avaler l’humiliation qu’il avait dû subir, lui qui, pour la première fois sans doute depuis une vingtaine d’années, était interdit de discours devant la statue de Jeanne d’Arc.
 D’une part, il a réussi son entrée, grimpant sur l’estrade au milieu des applaudissements des frontistes et levant les deux poings comme pour montrer qu’il était toujours là. Ensuite, il n’a pas voulu écouter le discours de sa fille, préférant s’en aller ostensiblement avant qu’elle ne commence et c’est sans doute devant sa télévision qu’il a découvert les différents incidents qui ont émaillé la journée.
 Car la manifestation voulue par sa fille n’a cessé de déraper, au point qu’on se serait cru revenu aux années 80, quand le président d’honneur était aux commandes d’un parti qui assumait sans mollir d’être un violent parti d’extrême droite et qui n’hésitait pas à montrer ses crânes rasés.
Finalement, et malgré les efforts de Marine Le Pen, de Florian Phillippot ou de Louis Alliot, il n’y a guère de différence entre le FN d’aujourd’hui et celui d’il y a vingt ans, quand en marge de la manifestation du 1er mai, Brahim Bouarram, un jeune Marocain de 29 ans, mourait noyé dans la Seine après y avoir été poussé depuis le pont du Carrousel par des skinheads échappés du traditionnel défilé du Front national.
 Espérons que les Français tentés par le vote d’extrême droite, se souviendront de toute cette violence au moment de mettre leur bulletin dans l’urne.
  Édité par Barbara Krief

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans chronique, Débats Idées Points de vue, Médias, Politique, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.