SLOW LIFE, ou bouger en conscience : la marche afghane, un pas vers la plénitude

Du magazine CLES – Martine Desmoulins  – 
La marche afghane, un pas vers la plénitude
SLOW LIFE, la marche en conscience -illustration: Eric Giriat pour CLES
Basée sur la respiration, cette technique est une clé de l’endurance, apaisant corps et esprit.
Il y a quelques années, j’ai découvert la marche afghane lors d’une sortie en forêt. J’étais fatiguée et je ne suis guère adepte des sports extrêmes, mais ce jour-là, je me suis réconciliée avec les dénivelés, les pentes abruptes et les longues marches. En me concentrant sur la respiration, non seulement je ne me suis pas épuisée, mais je gagnais, à chaque pas, une paix et une plénitude bienfaisantes » , confie Anne.
 
C’est en Afghanistan, au début des années 1980, qu’Edouard Stiegler, fasciné par la résistance des nomades lors de leurs longs périples dans des conditions extrêmes, découvre le secret de leur endurance. Un secret qui se résume… au souffle. D’une part, la respiration se fait par le nez uniquement. D’autre part, et contrairement à ce que l’on a usage de faire quand nous marchons, ici, ce sont les pas qui se calent sur la respiration, et non l’inverse. Or, on s’essouffle quand la respiration ne suit pas le rythme, trop rapide, des pas…
 
Mathieu, pratiquant depuis des années, insiste sur la notion de plaisir : « Plaisir de la concentration sur le souffle, du calme intérieur. Et même, en montagne, une euphorie propre à un état modifié de conscience. Je franchis des obstacles qui me semblaient insurmontables. La qualité de mon sommeil est ensuite exceptionnelle… »
 
On peut commencer sur terrain plat puis, avec un peu de pratique, se lancer dans de belles balades en forêt ou en montagne, sans avoir des mollets de sportif de haut niveau ou une condition physique d’enfer. 
 
La marche afghane a de nombreux bienfaits : elle stimule le métabolisme et favorise la réduction des graisses ; elle permet une plus grande oxygénation du corps et le recharge en énergie ; elle régule le rythme cardiaque, apaise le mental, assouplit muscles et articulations. Une cure de jouvence à s’offrir (aussi) en ville.
Pour en savoir plus :
Un livre : Régénération par la marche afghane, d’Edouard Stiegler (Trédaniel, 2004, 80 p., 14 €).
51P093PQ2NL__SY344_BO1,204,203,200_
Un site : marche-consciente.com
Pour vous y mettre : 
Sur terrain plat, adoptez le rythme dit 3/1 : inspirez sur 3 pas ; sur le 4e, à poumons pleins, faites une apnée ; puis expirez sur 3 pas et, sur le 4e, faites une apnée à poumons vides. Et ainsi de suite. Respectez votre corps, ne forcez pas : l’objectif n’est pas la performance, mais de trouver votre propre rythme.
En montagne, plus la pente est raide, plus il faut écouter votre corps. Vous ralentirez, c’est normal. Commencez votre marche par un 4/4 (4 pas sur l’inspire, puis 4 pas sur l’expire, sans rétention), puis passez au 3/3. Vous avalerez les pentes raides en 2/2, voire, pour les plus difficiles, en 1/1.

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article a été publié dans Développement personnel, Santé, Sport. Ajoutez ce permalien à vos favoris.