Soutenir Thibault au procès du vin bio, ce mardi 19 mai 2015

15742_tlb_0_2116x1058_1_460x230
Thibault Liger-Belair est convoqué au tribunal pour avoir refusé de traiter ses vignes avec des pesticides conformément à un arrêté préfectoral.
Thibault cultive du raisin bio et commercialise son vin sous le label bio, il lui était donc impossible d’obtempérer sous peine de perdre le label et sa clientèle. De plus, le choix de cultiver bio correspond à une philosophie de plus en plus répandue et adoptée par les citoyens responsables de l’avenir de la terre et soucieux de sa préservation. De plus en plus de consommateurs demandent des produits bio.
On peut comprendre que la viticulture soit particulièrement surveillée par les autorités compétentes car une épidémie de maladies ou d’insectes peut dévaster toute une région de production. Pourtant la viticulture a tout à gagner à préserver sa qualité de produit du terroir authentique et sain. La France exporte des vins de qualité souvent très coûteux ce qui est vital pour son économie et son prestige. Nous avons d’autant plus intérêt à maintenir, voire améliorer, la qualité de nos vins depuis que les USA, l’Australie, le Chili et même la Chine se sont mis à produire des vins de qualité, souvent avec l’aide de viticulteurs et œnologues français.
Source image http://femivin.com/syons-bio/
Les pesticides font partie de ces dangereux perturbateurs endocriniens responsables en particulier de cancers et de stérilité masculine. Ces polluants rémanents transforment le genre humain à son insu car ils se diffusent aussi bien dans l’air, l’eau que la terre. Le gouvernement est alerté depuis des décades mais continue à demander des rapports pour ne pas nuire à l’industrie chimique qui produit ces poisons.
Il est donc important pour la santé publique d’aujourd’hui et demain de soutenir les producteurs bio en général et Thibault en particulier
.photo extraite de Thibault Liger-Belair | photo extraite du site http://www.owloeb.com.
La France s’est engagée dans le plan Ecophyto  à réduire l’utilisation des pesticides de 50 % en 2025 mais régulièrement, ses vignerons bio se retrouvent devant la juridiction pénale. Après Emmanuel Giboulot le bourguignon de Beaune en 2014, voici le tour de Thibault Liger-Belair en 2015.  Un nouveau vigneron en biodynamie,  de Nuits-Saint-Georges, devant le tribunal correctionnel, le 19
A Gilbert Payet, préfet de Saône-et-Loire :
Nous, citoyens français favorables à une agriculture durable et respectueuse en France, ne voulons pas qu’un paysan bio soit poursuivi en justice pour refuser l’utilisation de produits phytosanitaires sur ses terres saines. Nous vous demandons de cesser vos poursuites à l’encontre de M. Thibault Liger-Belair, d’assouplir le champ de l’arrêté préfectoral n° 2014-120-0017 et de favoriser de manière systématique le dialogue avec les paysans de la région afin d’étudier les solutions alternatives au traitement préventif généralisé par pesticides.

 Signez :

184 532 personnes avaient signé lundi 18 mai à 22h50. Plus de 205 000 ce soir à 18h00
Aidez-nous à atteindre 230 000. Merci

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article a été publié dans Ecologie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.