Thibault Liger Belair, viticulteur bio : procès reporté au mois de novembre

Cher-es ami-es,
Une vaste mobilisation engagée il y a plus de trois semaines par Agir pour l’Environnement  a rassemblé près de 40 000 personnes  et une pétition de 220 000 signatures en quelques jours : Thibaut Liger-Belair, comparaissait devant le tribunal de Villefranche sur Saône pour avoir refusé de suivre l’injonction préfectorale lui imposant de traiter ses vignes.
Faisant suite à une information parue sur un média spécialisé en environnement annonçant la relaxe de Thibault Liger Belair, nous avons cru bon devoir relayer cette information, toute à notre joie de pouvoir annoncer une victoire.
Or, il apparaît que la relaxe n’a pas été prononcée. Le procès a été reporté au mois de novembre.
Nous sommes sincèrement désolés d’avoir créé de la confusion et de la déception chez celles et ceux qui ont cru que la justice pouvait parfois reconnaître l’inanité de procédure judiciaire infondée.
Nous maintiendrons donc la pression afin que le combat légitime de Thibault se conclue, en novembre, par une relaxe.Stéphen Kerckhove, délégué général d’Agir pour l’Environnement

Thibault-Liger-Belair-10005199Thibault, viticulteur bio en Saône-et-Loire, avait, comme tous les viticulteurs de ce département, obligation de traiter ses vignes contre la cicadelle, un insecte propageant la flavescence dorée. Par un arrêté n°2012299-0003, le préfet obligeait l’ensemble des viticulteurs à traiter préventivement l’ensemble du vignoble ; et ce même lorsque la menace n’était pas avérée. S’y soustraire le conduisait à prendre le risque d’une condamnation judiciaire. La désobéissance civile peut parfois amener la justice à remettre en cause un arrêté préfectoral inique. En osant remettre en cause un arrêté toxique, Thibault a pris un risque mais a eu le courage de porter haut et fort ses convictions.
Qu’il en soit ici remercié. Son combat sert toutes celles et ceux qui croient que la viticulture ne se résume pas à accumuler traitement insecticide après traitement herbicide. Ils sont de plus en plus nombreux à oser la bio, participant, jour après jour, à l’édification d’une transition agricole tant attendue.
Ne doutez jamais qu’un petit groupe de gens réfléchis et engagés puisse changer le monde. En fait, c’est toujours comme cela que ça s’est passé.★ – Margaret Mead (1901 – 1978) – Anthropologue.

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Ecologie, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.