A quand un accès Internet à haut débit pour tous ?

France Info – 21/05/2015 – 15h20 – Pascal Le Guern  –
Dans certaines régions c’est la galère pour se connecter. Le magazine 60 millions de consommateurs sort un dossier complet sur le sujet. Sa une : « Internet et la révolte des escargots« .
Le très haut débit ce sont des connexions Internet ultra rapides généralement au-delà de 30 Mégabits par seconde et souvent cela signifie l’utilisation de la fibre optique. Reste que des millions d’internautes, doivent aujourd’hui encore se contenter d’une connexion poussive et c’est une véritable fracture numérique qui existe en France, dont souffrent les zones rurales, mais aussi certaines banlieues des grandes villes, comme l’explique Benjamin Dourier journaliste à 60 millions de consommateurs  :
21731164-tr-s-lent-internet« Il y a une fracture, car la fibre optique commence à arriver dans le centre des très grandes villes et elle permet de surfer à 20, 30, 50  Mégabits par seconde. Mais selon notre étude, on estime qu’il y a plus de 20% des internautes qui surfent avec moins de 2 Mégabits, ce qui est vraiment très peu. Nous avons réalisé un classement par départements et parmi les départements les moins bien lotis, il y a certains départements un peu ruraux, soit  en Bourgogne, l’Yonne, la Nièvre ou en Midi-Pyrénées, le Tarn-et-Garonne, par exemple où le débit moyen est globalement assez faible. Les mieux lotis c’est assez naturellement les très grands villes, autour de Paris, Lille, Lyon et Marseille ».
Pour seulement surfer sur Internet, on n’a pas besoin forcément d’un très haut débit, mais si, par exemple, on veut recevoir la télévision par Internet, il faut, selon les opérateurs, un débit autour de 3,5/4 Mégabits par seconde. En dessous, c’est difficile de recevoir la télévision. Et si on ne la reçoit pas, le prix des abonnements n’en est pas réduit pour autant. Il faut savoir qu’il y a un certain nombre d’internautes qui payent le même prix alors qu’ils ne reçoivent pas la télé. 
Pour pouvoir passer à la vitesse supérieure, la première chose c’est de vérifier si on est soi-même « éligible » à la fibre optique qui se déploie doucement sur le territoire. Il faut donc contacter les différents opérateurs. Et si ce n’est pas le cas, il faut aussi poser la question de savoir si on est « éligible »  à ce qu’on appelle le VDSL, qui est une évolution technologique de l’ADSL et qui permet, pour un certain nombre d’internautes d’accélérer la connexion ».   

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Médias, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.