Dette grecque : les carottes sont cuites

Charlie Hebdo – 27 mai 2015 – Angélique Kourounis
Les carottes sont cuites, les armes affûtées, et surtout les caisses vides. S’il n’y a pas d’accord cette semaine, la Grèce ne remboursera pas sa traite de 1,6 milliard d’euros au FMI.
Voilà, c’est dit, plus besoin de tourner autour du pot. Le plus drôle, c’est que l’argent que la Grèce devrait emprunter en cas d’accord ira pour la plupart au remboursement des créanciers ! Selon le ministre grec des Finances, Yanis Varoufakis, pour cinq euros empruntés à intérêt par Athènes, 1 euro va aux Grecs, les quatre autres aux créanciers… Cherchez l’erreur.

grece-crise-union-europeenne_article_large

Il n’empêche que le pays, bien qu’asphyxié, a remboursé jusqu’à présent 6,5 milliards d’euros depuis février, mais si aucun accord n’intervient, la priorité sera alors donnée aux salaires et aux retraites, et pas aux créanciers. 
« Nous avons fait ce que nous avions à faire,maintenant au tour de l’Europe de faire son travail« , a prévenu Alexis Tsipras en s’adressant au comité central de Syriza réuni le week-end dernier à Athènes pour faire le point. Il n’a pas vraiment le choix, l’aile gauche de son parti a prévenu, elle ne votera aucune mesure d’austérité supplémentaire.
Voilà qui promet des sueurs froides cet été, pas aux Grecs, qui n’ont plus rien à perdre, mais aux créanciers, qui commencent à comprendre qu’Athènes ne bluffe pas.

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Europe, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.