Touraine – Gariguette, cirafine, mara … des fraises à rougir de plaisir : adresses utiles

 La Nouvelle République 26/05/2015
fraisesAlors que la saison des fraises bat son plein, il est possible d’aller cueillir soi-même ses fruits. Un achat plaisir et au grand air qui satisfait tout le monde.
 A partir d’avril et jusqu’en octobre, voire novembre selon les années, la récolte des fraises est possible en Touraine. Mais c’est en mai que le fraisier est le plus courtisé.
Plusieurs domaines ouvrent leurs portes pour une cueillette publique selon un principe désormais bien connu : chacun vient avec son panier – il est possible d’en avoir sur place –, récolte la quantité de fruits voulue et paye ensuite au kilo.
Le système satisfait chaque partie : le client joint l’utile à l’agréable en profitant de prix avantageux et d’une sortie au grand air ; quant au producteur, la vente d’une partie de sa récolte en direct lui permet d’alléger ses frais de main-d’œuvre.
aNR-de-la-cueillette-une-jolie-sortie-en-famille_medium
Claude et Martine Labaronne exploitent le domaine de Chatenay, à Tours-Nord, depuis 1983. Ils cultivent entre six et sept hectares de fraises gariguette, cirafine, mara des bois et autres manille et font travailler une douzaine de personnes au plus gros de la saison.
De petites quantités quitte à revenir plusieurs fois
Entre les plants de première, deuxième et troisième années et les remontants, le domaine arrive à proposer des fraises durant six mois. Ce dimanche, ils sont des dizaines à se promener dans les rangs de fraisiers. On est venu en couple, avec ses amis ou ses enfants pour remplir ses paniers.
Pour les Tourangeaux Gilles et Dominique, habitués du domaine, la récolte de ciflorette du jour sera le dessert du déjeuner. « On débute l’année avec les fraises d’Espagne mais dès que les productions locales donnent, on vient ici. »

Cueillette 2

Céline, venue de Montlouis avec ses deux filles. – (Photo NR
Au milieu des plants extérieurs, Céline est venue, avec ses filles, de Montlouis. Pour elles, ce sera mara et gariguette. « C’est notre première venue cette année, mais nous reviendrons, peut-être deux ou trois fois. »
Derrière la caisse, la queue s’allonge au fur et à mesure de la matinée. Du monde mais des petites quantités, un voire deux paniers : « Les bidons de lait de 10 kg pour faire des confitures, c’est fini, souligne Claude Labaronne. Les gens préfèrent de petites quantités à consommer rapidement, quitte à revenir. »
Une cueillette raisonnable qui fera vite oublier les discrètes dégustations au milieu des allées.
pratique
 > Domaine de Chatenay, Tours-Nord, tous les jours (9 h-12 h et 15 h-18 h), le dimanche et les jours fériés (9 h-12 h). Tél. 02.47.54.48.45.
> Vergers de Charlemagne, Joué-lès-Tours, les lundi et samedi (de 9 h à 12 h et de 14 h à 18 h). Tél. 02.47.53.05.30.
> Chez Arthur, à Esvres-sur-Indre, du lundi au samedi (9 h à 12 h 30 et de 14 h à 19 h), le dimanche et les jours fériés (de 9 h 30 à 12 h 30). Tél. 02.47.65.93.37.
> Les Jardins de Meslay, à Parçay-Meslay, tous les jours (9 h-12 h et 14 h-19 h), de 9 à 19 h le week-end.
Tél. 02.47.29.05.20.
Ciflorette et Mara des bois à 5 euros le kilo 

anrchamps-fraises

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Agroalimentaire, Nature, Social, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.