Meeting Le Havre –  » Le voyou des Républicains  » : Nicolas Sarkozy vient de se rouler dans le caniveau. Son meeting avait tout d’un stand up de Jean-Marie Bigard.

L’Obs Le Plus 28-05-2015 Par Thierry de Cabarrus Chroniqueur politique
Hollande s’élève au Panthéon, Sarkozy s’abaisse en meeting : le parallèle est cruel
LE PLUS. Nicolas poursuit son tour de France à la rencontre des militants UMP. Mardi 26 mai, c’est au Havre qu’il donnait un meeting, et une fois encore, il en a profité pour égratigner l’action de son successeur à l’Élysée.
thierry de CabarrusTandis que Hollande prend de la hauteur au Panthéon, Sarkozy se roule dans la boue et fait preuve d’une mauvaise foi indigne, selon Thierry de Cabarrus.
C’était l’été 2010. « Marianne » faisait scandale en traitant Nicolas Sarkozy de « voyou de la République ». Le magazine pourrait récidiver aujourd’hui, sans pour autant susciter la même polémique, en titrant en première page « le voyou des Républicains ».
The president of the French right-wing UMP opposition party, Nicolas Sarkozy gestures during a meeting on May 26, 2015 in Le Havre, northwestern France . AFP PHOTO/CHARLY TRIBALLEAU

The president of the French right-wing UMP opposition party, Nicolas Sarkozy gestures during a meeting on May 26, 2015 in Le Havre, northwestern France . AFP PHOTO/CHARLY TRIBALLEAU

 Car Nicolas Sarkozy vient de se rouler dans le caniveau. Mardi soir, lors d’un meeting au Havre, il a accusé François Hollande d’avoir « envoyé ses sbires » saisir la justice pour empêcher l’UMP de s’appeler « les Républicains ».
 Il n’y a guère de doute devant son intention : tandis que François Hollande, loin des querelles politiciennes, prend de la hauteur en faisant entrer ce mercredi quatre grands résistants au Panthéon, celui qui se comporte comme son ennemi personnel utilise les armes les plus grossières pour tenter de l’atteindre, dans la dignité de la fonction qu’il occupe jusqu’en 2017.
Un stand up digne de Jean-Marie Bigard
 Et pour bien marteler ces accusations grotesques destinées à ramener coûte que coûte François Hollande du Panthéon jusqu’à son niveau purement politicien, le leader de l’opposition n’hésite à « mettre le paquet » et à faire un stand up déjà bien rodé dans ses précédents meetings, numéro que n’aurait pas renié Jean-Marie Bigard, l’humoriste réputé pour son amitié envers Nicolas Sarkozy mais aussi pour son extrême vulgarité.
 Mardi soir, en répétant maintes fois sa formule assassine « Moi-président », ou simplement « Moi-je » (en référence à l’anaphore du candidat de 2012), Nicolas Sarkozy a non seulement voulu insulter et ridiculiser son adversaire politique, mais il lui a aussi prêté des intentions misérables, en l’accusant de « vouloir choisir » le nouveau nom de l’UMP.
 Une accusation violente et grotesque, qui revenait surtout à abaisser la fonction de président de la République, à laquelle, paradoxalement, il aspire tant pour 2017, au point d’être obsédé à chaque instant par son désir effréné de revanche.
Il manque de respect à la République
 Comme il paraissait loin, mardi soir au Havre, le temps où toute la droite s’offusquait parce qu’un journal indépendant du pouvoir politique s’autorisait en toute liberté à insulter un président en fonction, et à salir ainsi et du même coup les institutions de la France ! À l’époque, chacun, y compris les leaders de l’opposition, avaient trouvé scandaleuse la une de « Marianne », et à juste raison.  
 On avait entendu des snipers pourtant habitués aux bagarres de rues (Nadine Morano, Eric Ciotti) accuser le journal de « véhiculer des valeurs antirépublicaines » et exiger des « excuses publiques ». Et Claude Bartolone avait dénoncé « les dérives verbales », il est vrai encouragées par Nicolas Sarkozy lui-même qui, à l’époque, n’avait « de cesse d’insulter ici un pêcheur, là un agriculteur, ou encore les habitants des quartiers ».
 N’empêche, il paraissait inacceptable qu’un journal, au nom du combat politique pourtant justifié, puisque mené contre l’auteur du scandaleux discours de Grenoble, puisse insulter ainsi le président de la France et du même coup, manquer de respect à la République.
 Il manque de respect à la fonction suprême
Les choses ont bien changé, et c’est paradoxalement au nom des « Républicains », ce parti politique qui vient de recevoir de la justice l’autorisation de privatiser ce nom magnifique à des fins purement politiciennes, que Nicolas Sarkozy traîne aujourd’hui dans la boue à la fois le président François Hollande et la République.
Comment ose-t-il, à deux ans de l’élection présidentielle, manquer de respect à la fonction suprême, au prétexte qu’elle lui a échappée en 2012 et qu’il n’a toujours pas digéré cette humiliation ? Comment se permet-t-il de remettre ainsi en cause avec des manières de voyou de la politique la légitimité du chef de l’État qu’il accuse ouvertement d’être « pas courageux », « sans convictions », « sans colonne vertébrale » ?
Les insultes, il le sait, n’y changeront rien, et même si cela doit lui donner des boutons, il lui faudra supporter de voir son adversaire, ou plutôt, celui qu’il traite comme un ennemi infâme, installé à l’Élysée jusqu’en 2017.
Des insultes mais pas de projet
Nicolas Sarkozy va devoir, au minimum, affiner ses éléments de langage s’il veut vraiment l’emporter dans deux ans à la présidentielle. Car s’il suffira peut-être de dire « Casse-toi pôv con ! » devant les fanatiques de l’UMP pour décrocher la primaire, déverser des tombereaux d’injures et d’accusations sur François Hollande risque d’être insuffisant comme sésame pour que s’ouvre devant lui les portes du pouvoir.
Les Français, en effet, exigeront sans doute autre chose, à savoir un vrai programme, et auparavant, un vrai bilan, de la part de celui qui osera briguer un second mandat malgré ses dérapages, ses erreurs et son absence de résultats catastrophique en termes d’emploi, de pouvoir d’achat et d’endettement.
Nicolas Sarkozy ne se comporte-t-il pas comme le « voyou des Républicains » en osant proférer des mensonges aussi énormes que celui qui consiste à accuser François Hollande de vouloir « choisir le nom de son parti », et en attentant ainsi à la République à travers son représentant suprême ?
Voilà qu’il ose en effet prétendre que François Hollande aurait orchestré une machination (une de plus !) pour lui nuire, en poussant des associations et des partis politiques à entamer une procédure contre « les Républicains ».
Il joue à contretemps
Nicolas Sarkozy n’en est pas à une contradiction près. Car si d’un côté il le soupçonne ouvertement de manipuler la justice contre lui (le fameux « cabinet noir »), de l’autre, il n’a pas l’honnêteté de reconnaître que cette justice est indépendante.
La décision qui vient d’être rendue par le tribunal, mardi matin, démontre que, quoi qu’il en dise, ou plutôt quoi qu’il en médise, cette justice, sous François Hollande, n’est pas instrumentalisée.
Nicolas Sarkozy aura beau taper frénétiquement des pieds pour qu’on l’écoute et qu’on le croie, les Français, ce mercredi 27 mai, ont l’esprit ailleurs. Tous rendent hommage aux quatre nouveaux entrants du Panthéon.
 Un moment de recueillement et d’union nationale loin des insultes et des querelles de caniveau.
97583b75f81754788f2a030008bfa0802f2e42ecb3328df2cd00000daa937431

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Débats Idées Points de vue, Politique, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.