Russie – Face à l’Europe, Moscou applique la loi du talion

aLoi_du_talion_par_CharbŒil pour œil, dent pour dent. Plutôt que de jouer la carte de l’apaisement, Vladimir Poutine préfère en abattre une autre, celle des représailles.
Les autorités russes viennent ainsi d’établir une « liste noire » de 89 personnalités politiques européennes interdites d’entrée sur le territoire national (Le Temps). Une riposte directe aux sanctions européennes visant près de 150 responsables russes ayant soutenu l’annexion de la Crimée, en mars 2014, et les séparatistes prorusses combattant le pouvoir de Kiev dans l’est de l’Ukraine, expliquent The New York Times et The Wall Street Journal.
Cette liste « d’indésirables » – sur laquelle figurent, entre autres, l’ancien premier ministre belge Guy Verhofstadt, l’ex-vice-premier ministre britannique Nick Clegg ou encore l’intellectuel français Bernard-Henri Lévy – a suscité des sentiments contrastés en Europe, mélange de fierté et d’indignation face à une mesure jugée « totalement arbitraire et injustifiée », soulignent EUObserver et la BBC.
Si certains dirigeants de l’UE ont accueilli la nouvelle en rivalisant d’épigrammes, d’autres ont fustigé le raidissement russe, insistant sur le fait que seul le respect des accords de Minsk relatifs à la crise ukrainienne pourrait entraîner une levée des sanctions économiques prises contre Moscou.
Pour sir Malcolm Rifkind, ancien ministre des affaires étrangères britannique, c’est la preuve qu’elles fonctionnent (The Guardian). De fait, elles auraient coûté à la Russie 26,7 milliards de dollars l’an dernier, selon le premier ministre russe, Dmitri Medvedev, cité par CNN.
Brouillé depuis des mois, l’horizon peut-il s’éclaircir entre Russes et Européens ? Peu probable. D’autant que l’ex-président géorgien Mikheïl Saakachvili, bête noire du Kremlin, vient d’être nommé gouverneur de la région ukrainienne d’Odessa ; une décision qui, notent le Financial Times et Radio Free Europe, ne peut qu’attiser le feu de la confrontation.
Le Monde 02 juin 2015

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Economie, Europe, International, Politique, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.