Malala Yousafzaï mobilise les réseaux sociaux

Malala fête son 18e anniversaire en poussant un cri d’alarme
La lauréate du prix Nobel de la paix a accusé dimanche les dirigeants mondiaux d’abandonner à leur sort les enfants syriens.

A handout picture released by the Malala Fund on July 12, 2015, shows education activist and Nobel Peace Prize Laureate Malala Yousafzai (C) talking with Syrian refugee girls as she opens a new school on her 18th birthday in Lebanon's Bekaa Valley funded by the Malala Fund, the non-profit organisation she co-founded with her father Ziauddin. AFP PHOTO / MALIN FEZEHAI / HO / MALALA FUND  === RESTRICTED TO EDITORIAL USE / MANDATORY CREDIT: "AFP PHOTO / HO / MALALA FUND / MALIN FEZEHAI" NO MARKETING - NO ADVERTISING CAMPAIGNS / DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS=

Le 12 juillet, Malala Yousafzaï, Prix Nobel de la paix, fêtait ses 18 ans en inaugurant au Liban une école destinée aux filles qui vivent dans les camps de réfugiés syriens.
Baptisé « Malala Yousafzaï All-Girls », l’établissement pourra accueillir plus de 200 élèves, âgées de 14 à 18 ans. Par ce déplacement à forte teneur symbolique, la jeune militante pakistanaise, grièvement blessée en 2012 par des talibans, cherche à sensibiliser les puissants de ce monde à une éducation accessible à tous et toutes. Elle espère notamment convaincre l’Organisation des Nations unies d’inscrire l’accès à l’enseignement secondaire, et plus seulement primaire, dans les objectifs du millénaire pour le développement.
Pour appuyer ses interventions médiatiques, la jeune fille utilise également les réseaux sociaux, avec la campagne #BooksNotBullets (‘Des livres, pas des balles’). La campagne, qui a commencé il y a une semaine sur son compte Instragram, enjoint aux jeunes gens de poser avec le livre de leur choix et à publier leur photo accompagnée du mot-dièse #BooksNotBullets.
Malala avait choisi Le Journal d’Anne Frank. « Si le monde entier cessait d’acheter du matériel militaire pendant huit jours, peut-on lire sur le site de sa fondation, nous pourrions récolter les 39 milliards de dollars qui manquent afin d’offrir douze ans d’éducation gratuite et complète à tous les enfants de la planète.
En 2013, l’engagement de Malala Yousafzaï – qui vit aujourd’hui en Angleterre – pour la paix et pour l’éducation des filles avait été salué par le prix Sakharov de l’Union européenne pour les droits de l’homme.
Le Monde 15 juillet 2015

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Culture, Education, International, Médias, Résistance, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.