McDonald’s de retour en Bolivie… après 13 ans d’absence

 L’Express/Blog Chica de Paris – le 25 mars 2015 – Emilie CAILLEAU
Après avoir été exclue pendant 13 ans, l’enseigne de restauration rapide fait son come-back chez les Boliviens. 

MacDonald's fait son retour en Bolivie. CC flickr_adrian_8_8

MacDonald’s fait son retour en Bolivie. CC flickr_adrian_8_8
La malbouffe est de retour en Bolivie. Alors que depuis 2002, le Big Mac était « sandwich non grata » dans les villes boliviennes, l’hamburger américain va de nouveau être servi dans les assiettes du pays. Le premier restaurant depuis le départ de MacDo en 2002 ouvrira ses portes en avril dans la ville de Santa Cruz, dans l’Est du pays. Avant d’essaimer un peu partout.
L’approche de cet « événement » fait piaffer d’impatience Ramón Freixa, directeur de communication de la chambre de commerce, d’industrie, des services et du tourisme de Santa Cruz, qui salive à l’idée de la manne financière que cela représente : « Il y a une grande multinationale qui a quitté le pays il y a 13 ans et qui va revenir. Dans un mois, on pourra trouver des hamburgers de McDonald’s pour manger en Bolivie. C’est une grande nouvelle pour toutes les personnes qui aiment ces sandwiches », s’enthousiasme-t-il à paginasiete.
Si aujourd’hui le roi du fast food américain semble attendu comme le Messie, l’accueil qu’il recevait quelques années plus tôt était aussi glacial qu’un sundae au caramel. En 2002, l’annonce de la fermeture des  8 restaurants boliviens du pays, à La Paz, Cochabamba et Santa Cruz de la Sierra, avait été perçue comme un soulagement pour les Boliviens. Cela sonnait comme une victoire contre l’impérialisme américain, incarné par le clown Ronald. Les Boliviens s’étaient fermement opposés à l’idée que leurs empanadas et spécialités locales soient remplacées par de la malbouffe. Les tentatives de MacDonald’s pour séduire les Boliviens en s’adaptant aux goûts et aux produits locaux n’avaient pas eu d’effet, la firme avait essuyé des pertes financières énormes.
L’échec de MacDo raconté dans un documentaire
Cette faillite exceptionnelle du géant américain avait connu un tel retentissement qu’elle avait donné lieu à un documentaire en 2011, intitulé«Por que quebro McDonald» ou «Pourquoi McDonald a fait faillite en Bolivie». Parmi les raisons évoquées pour expliquer ce fiasco, outre le manque d’appétence des locaux pour la « junk food », le film faisait valoir l’argument financier : le coût d’un menu MacDo coûtant 3 dollars (environ 2.73 €) contre 1 dollar (0.91 €) pour un menu complet bolivien.
McDonald’s est de loin la 1ère chaîne de restauration rapide dans le monde, c’est aussi un des plus grands communicant.
Jusqu’ici, la Bolivie était avec Cuba le seul pays d’Amérique latine à avoir résisté à l’implantation de MacDonald’s, qui possède 34 000 restaurants dans 114 pays.

mcdonalds-fast-food-en-chiffres-by-the-numbers-key-numbers-burgers-records-money-sells-workers-11

1.230 restaurants et 1,7 million de repas servis chaque jour en France !

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Agroalimentaire, International, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.