Le sort funeste des blogueurs laïcs au Bangladesh

Il incarnait une autre façon de penser, aux antipodes de la doxa ultrarigoriste des islamistes. « Déviance » fatale.

8270457-741x450

Pour avoir osé, dans ses écrits, défendre crânement la laïcité, le blogueur bangladais Niloy Chkrabarti, 40 ans, a été tué, vendredi à Dacca.
En début d’après-midi, des individus se sont présentés à son domicile, au prétexte de vouloir louer un appartement, puis l’ont isolé dans une pièce, à l’écart de son épouse, avant de l’assassiner à la machette aux cris de « Allahu Akbar ! » (« Dieu est le plus grand ! »), rapportent le Dhaka Tribune et le Daily Star.
C’est le quatrième meurtre de cette nature recensé dans le pays depuis le début de l’année après ceux d’Avijit Roy, en février, de Washiqur Rahman, en mars, et d‘Ananta Bijoy Das, en mai. Connu pour ses idées athées et son opposition farouche aux fondamentalismes religieux, quels qu’ils soient, Niloy Chkrabarti figurait sur la liste de 84 blogueurs à éliminer, établie par les groupes islamistes en 2013, rappelle la BBC.
En deux ans, au moins onze d’entre eux ont perdu la vie, précise de son côté la Deutsche Welle. Lui-même cible des extrémistes, le blogueur Ananya Azad, réfugié en Allemagne, s’est dit « atterré », fustigeant l’immobilisme de la police à qui Niloy Chkrabarti s’était ouvert des menaces dont il faisait l’objet (The Times of India).
De même, plusieurs militants ont dénoncé l’inertie des forces de l’ordre et du gouvernement, qui contribue à nourrir le sentiment d’impunité des agresseurs, note Voice of America. Plus largement, certains analystes, dont le Wall Street Journal se fait l’écho, redoutent que la montée en puissance du fanatisme religieux au Bangladesh – pays laïc bien que 90 % de ses 160 millions d’habitants soient de confession musulmane – ne finisse par avoir une influence déstabilisatrice sur la région, déjà empreinte d’une forte volatilité.

4715991_6_ccd2_le-corps-du-blogueur-niloy-chakrabarti-est_d52192811e8d48e1f37f5166ce2891b2

Le Monde 10 août 2015

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans International, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.