Nouans-les-Fontaines (Indre-et-Loire) – Échange : C’est l’instituteur qui garde les chèvres

La Nouvelle République 12/08/2015
Enseignant en Picardie, Aurélien Odiot a été séduit par la démarche d’une éleveuse lochoise. Au point de venir la remplacer pendant ses courtes vacances.

instit chèvre 3

 Les journées sont longues mais Aurélien Odiot affirme ressentir un bonheur intense.
 Lorsque les chevreaux sautent un peu partout et ne veulent pas rester dans leur enclos, j’ai un peu l’impression d’être encore dans ma classe. A la ferme des Croq’Épines, à Nouans-les-Fontaines, Aurélien Odiot « règne » sur un cheptel de 200 chèvres. Un règne éphémère.

anralexandra Dupont

Instituteur en Picardie, il remplace Alexandra Dupont, une éleveuse atypique qui a décidé de s’octroyer… quatre jours de vacances. Ses derniers congés remontaient à 2008 et n’avaient guère été plus longs. En Indre-et-Loire, la plupart des éleveurs ont recours au service de remplacement (voir ci-dessous) Alexandra, elle, a opté pour le woofing, une formule anglo-saxonne qui concerne les exploitations bio et qui est basée sur l’échange et le quasi-bénévolat.
 « C’est la 7e fois en deux ans que j’interviens sur l’exploitation mais cette fois, c’est du sérieux, je dois gérer tout seul l’élevage, la fromagerie ainsi que le refuge qui accueille les animaux vieux ou malades. »
Autrefois en charge de l’environnement dans une collectivité locale Alexandra a décidé, après des incursions dans l’humanitaire, de mettre l’animal au cœur de sa réflexion. « Il y a une grande proximité avec les bêtes, les animaux ne sont pas stressés, c’est cette approche qui m’a séduit », confie Aurélien.
Enfant, le futur instit possédait… une chèvre. « Il a fallu passer à 200 dont 70 laitières, mais je suis un enfant de la campagne, en Picardie, mes grands-parents cultivaient des endives. »
A Nouans-les-Fontaines, la journée commence à 6 h 30 et se termine à 21 h 30. « A l’école c’est une fatigue nerveuse, ici, c’est physique, le soir je m’endors comme un loir. »
Et pourtant Aurélien n’est pas venu tout seul. Deux de ses sœurs et une amie l’épaulent dans ses tâches multiples. « Le matin il faut amener le foin avant d’amorcer la traite qui va durer deux heures puis s’occuper de la fromagerie. Mettre la pressure et obtenir de jolis caillés ça ne s’improvise pas, finalement, ça a été plus facile d’apprendre à faire des intramusculaires. »
Fourbu, les reins en capilotade, l’instit-éleveur avoue ressentir « un bonheur intense » lorsqu’avec Jaya sur ses talons – une Beauceronne jeune et pleine de fougue – « je contemple un horizon que rien ne vient obstruer ».
En septembre, il en parlera à ses « gamins » : « Parce qu’à l’école, on a l’habitude de se raconter nos vacances. » Il essaiera sans doute de leur faire comprendre que Croq’Épines n’est pas qu’une ferme mais aussi « un lieu de solidarité sous-tendu par une autre philosophie que celle du rendement à tout prix ». Une nouvelle « Ferme des animaux » en somme.
 Une journée portes ouvertes avec visite du refuge est proposé vendredi à la Treurie, à Nouans-les-Fontaines, entre 14 h 30 et 15 h 30.

aNRcroq épineshead-logo

 repères
 Un service de remplacement des agriculteurs existe aussi en Indre-et-Loire depuis une trentaine d’années. En 2014, 28.000 heures ont été assurées par des agents de remplacement au profit de 218 agriculteurs. Seuls les exploitants peuvent être remplacés (pas leurs salariés). Il existe dix motifs permettant de bénéficier de cette prestation : les congés bien sûr mais aussi la formation, les mandats syndicaux, la maladie, des occasions tels qu’un mariage. Les remplacements liés à des congés concernent majoritairement les éleveurs soumis à des astreintes quotidiennes. Ils bénéficient d’un crédit d’impôt de 50 % et d’une aide du conseil départemental. Les tarifs diffèrent selon les motifs.
Renseignements au 02.47.28.30.02.
 Philippe Samzun Indre-et-Loire

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans animaux, Coopération, Economie, Nature, Solidarité, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.