Pays de Loire /Sécheresse – Patrimoine sous la Loire : Blois découvre l’existence des piles d’un pont moyenâgeux évalué vers 60 avant-160 après J-C

La Nouvelle République 23/08/2015
Blois avait un pont gallo-romain mais étrangement ne le savait pas !
La Loire entre Angers et Blois

aLoire entre angers et Blois 2015

L’étiage exceptionnellement bas de la Loire a permis de voir surgir des entrailles du fleuve les piles du pont du Moyen Age. Comme en 1995 celles du pont gallo-romain. En 1995, Dieu que la Loire est basse !

Vestiges 2

Bruno Guignard, responsable du fonds patrimonial de Blois, remonte le temps grâce aux vestiges dévoilés grâce au niveau très bas de la Loire.
En canoë, évitant un banc de sable, Bernard Dérue et André Michel tombent sur 141 pieux à tête carrée fichés dans le lit du fleuve, et qu’ils n’avaient jamais vu, évidemment.
Bien inspirés, ils font part de leur trouvaille à Jean-Marie Lorain, une sommité pour qui l’histoire ancienne n’a guère de secrets. Il pense aux vestiges d’un pont gallo-romain, qui aurait traversé la Loire à la hauteur de l’actuelle rue des Jacobins.
Au IIe siècle, voici la vue qui s’offrait au voyageur venant de Vienne par le pont gallo-romain. Euh, la Maison de la BD et le château étaient déjà construits ?

VUE Gal rom

L’impressionnant alignement des piles du pont du Moyen âge est apparu comme jamais avec la sécheresse. On voit qu’il débouchait à hauteur de la rue du Commerce…

Piles MA Pers

Les analyses sont formelles : les pieux ont été plantés entre 60 avant et 160 après Jésus Christ ! Sacrée trouvaille, puisqu’aucun document – aucun – ne signalait l’existence d’un pont ici et là cette époque. D’ailleurs, sur la Loire, les ponts n’étaient pas légion (si on peut dire). On se doute bien qu’à Tours et Orléans, on ne traversait probablement pas la Loire à la nage, mais à Blois ?

abloisPA0184-hr

Il est singulier de penser qu’en 1994, Annie Cosperec publie « Blois, la forme d’une ville » un fort bel ouvrage de référence sur la cité. Eh bien, comme nos deux pagayeurs n’allaient tomber sur les pieux qu’un an plus tard, elle ne peut évidemment disserter sur les caractéristiques du pont antique !

aBlois_-detail-du-panorama-de-blois-de-h_-j_-van-blarenberghe-c_-1798-musee-des-bea_img

abloisgrav2

Reste une autre énigme : quand et comment a-t-il disparu ? On n’est pas près d’y répondre… Broyé par un embâcle ? Détruit par les Vikings au IXe siècle ? Ou plus simplement par les guerres que les seigneurs du coin étaient bien assez grands pour se livrer entre eux ? Le mystère est entier. En revanche, les basses eaux du mois d’août ont parfaitement découvert les piles du pont moyenâgeux…
Catastrophe
Il n’est pas tout neuf non plus, puisqu’on est sûr qu’il existait dès la fin du XIe siècle. Il était tout de même large de 7,25 m, et la construction des quais au XVIIe siècle nous laisse de précieux vestiges.

apont moyen agepont2

Au Moyen âge, les ponts sont « des villes sur l’eau » ! En effet, surmontant les vingt-deux arches initiales, on trouve sur le pont de Blois des moulins royaux, diverses échoppes, une chapelle, des tourelles, une grande tour, un pont-levis.

aBloispont-medieval_-detail-du-profil-de-la-ville-de-bloyes-veue-du-midy-de-claude-maugier-1675-musee-d_img

Le pont médiéval. Détail du « Profil de la ville de Bloyes veüe du midy » de Claude Maugier, 1675 (Musée des Beaux-Arts de Blois)
Naturellement, ceux qui traversent l’ouvrage sont fermement invités à mettre la main à la poche ! Cela sert en principe à son entretien. Jusqu’à quel point ? Au XVIIe siècle, le brave pont témoigne déjà d’une grosse fatigue, une ou deux arches ayant déjà lâché prise lors de grandes crues.
Le pompon est atteint à l’hiver 1716, particulièrement rude. Les blocs de glace ne cessent de s’empiler contre les arches, jusqu’à ce que le 5 février, treize d’entre elles sur la rive droite ne jettent l’éponge, envoyant à l’eau et à la mort une vingtaine de maisons et leurs occupants. « Fluctuat ET mergitur ! » (*).
(*)  » Battu par les flots il sombre…  »
Alain Vildart  Loir-et-Cher
 Blois XXI é siècle

aBlois-france-Loir-et-Cher-La-Loire-a-Blois-panorama-sentucq_h

aBlois_Cher_Blois1_tango7174

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Culture, Insolite, Nature, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.