Dix ans après, la « nouvelle » Nouvelle-Orléans

Le 26 août 2005, en quittant la radio pour le week-end, Dave Cohen pensait que Katrina, qui avait frappé la Floride la veille, allait épargner sa ville. Il ne pouvait savoir que 72 heures plus tard, La Nouvelle-Orléans serait sous les eaux et que la station qu’il dirigeait, WWL, serait la seule à continuer à diffuser pendant toute la catastrophe. Qu’il décrirait, en direct, le passage de l’ouragan, en essayant d’aider au mieux les habitants (BBC).

anouvelle Orléans

A man pushes his bicycle through flood waters near the Superdome in New Orleans on Aug. 31, 2005. (Eric Gay/AP file)
Un ouragan qui a balayé la classe moyenne noire, observe dix ans plus tard FiveThirtyEight. Des hôpitaux flambant neufs et des écoles ont vu le jour, les start-up fleurissent. Grâce à « l’engagement des habitants » et au nouveau maire, Mitch Landrieu, une « nouvelle » Nouvelle-Orléans a émergé, décrit le Christian Science Monitor.

Norléans

Mais la ville est plus blanche, plus hispanique, gentrifiée, quand les Noirs américains sont moins nombreux, plus pauvres et plus âgés. Interrogés aujourd’hui, 80 % des habitants blancs estiment que leur ville a été « globalement reconstruite », quand 60 % des Noirs pensent le contraire. Et au point de vue climatique, qu’a-t-on appris de Katrina ? Beaucoup, selon The Conversation. « Avec la montée des eaux, le recul des terres et des ouragans plus puissants et plus fréquents, La Nouvelle-Orléans aura déménagé ou aura été abandonnée d’ici le siècle prochain », prédit le site.
Paradoxalement, construire des digues toujours plus hautes et des systèmes de drainage plus performants rend la ville toujours plus vulnérable, renchérit le Guardian. Car elle a oublié comment vivre avec et dans son environnement naturel. En 1900, tous les habitants résidaient au-dessus du niveau de la mer. Aujourd’hui, ils ne sont plus que 39 %.
Mais une autre ville est encore plus menacée : Sacramento. Selon les scientifiques, la capitale de la Californie risque une inondation catastrophique.

aSacramento2014Flood-816x548.jpgdéc 2014

aSacramento2012flood-816x451

Le Monde 26/08/2015

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans International, Médias, Nature, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.