Indre – Gendarme : L’Équipement terrain mobile sévit sur les routes départementales depuis plus d’un an. Présentation.

La Nouvelle République 26/08/2015
A bord de la voiture-radar des gendarmes

RADAR 1

Les gendarmes de l’Indre circulent quasi quotidiennement avec l’Équipement terrain mobile (ETR), sur les routes de l’Indre.

RADAR 2

 Il s’agit d’un véhicule comme les autres, qui passe inaperçu. A la différence près que sa plaque d’immatriculation dissimule une antenne radar ; sa grille de prise d’air, un flash infrarouge ; le pare-brise, une caméra numérique. La voiture-radar de la gendarmerie de l’Indre circule sur les routes du département, depuis juillet 2014. « On la sort quotidiennement, sur différents créneaux horaires », assure le capitaine Benjamin Dupin. Le commandant de l’Escadron départemental de sécurité routière est au volant du véhicule et prend la direction de Buzançais, « un secteur où il y a eu beaucoup d’accidents cette année. On s’adapte aux analyses de l’accidentalité sur notre zone de compétence ».

RADAR 4

Après un quart d’heure de route, dix-huit véhicules ont été contrôlés, aucune infraction relevée. Assis à côté du capitaine Dupin, l’adjudant Dupont, du Peloton motorisé, pianote sur la tablette numérique qui contrôle l’équipement. « Je suis chargé de régler la vitesse à l’instant T. C’est mon unique travail, l’ordinateur relève les infractions et enregistre les clichés. » Cette tâche a été confiée à un opérateur pour réduire les risques d’erreur. Pourtant, lorsque l’adjudant Dupont modifie les données en fonction des zones traversées, il existe « un léger temps de latence », quelques secondes,pendant lesquelles s’effectue la mise à jour et les contrôles sont suspendus. « C’est toujours au bénéfice des usagers. »

anrindrevoiture-banalisee-radar-gendarmerie-etm_1757598

«  Ce n’est pas un engin de massacre  »
A l’approche de Buzançais, une voiture est enregistrée à 97 km/h. Mais elle ne sera pas verbalisée. « La vitesse retenue est de 87 km/h », précise l’adjudant Dupont. Pour les radars mobiles, il existe une marge technique de 10 km/h (en dessous de 100 km/h) ou 10 % (au-dessus), contre 5 km/h et 5 % pour les radars fixes.
Après vingt minutes de route, les deux premières infractions sont relevées coup sur coup : 111 et 102 km/h au lieu des 90 autorisés sur la RD 943. A la fin de la mission, elles seront directement transmises au Centre national de traitement des infractions, à Rennes. Les conducteurs seront ensuite avisés de leur sanction : un retrait d’un point sur le permis et 45 € d’amende.
Arrivé à Buzançais, le capitaine Dupin met le cap sur Levroux. On roule depuis quarante minutes et une seule infraction est venue s’ajouter aux deux premières. « Ça montre bien que ce n’est pas un engin de «  massacre  » », note l’adjudant Dupont. Direction Ardentes, via la N 151, à Déols, puis retour à la caserne Charlier. Le bilan démontre un assez faible taux de verbalisation : douze infractions pour deux cent cinquante-neuf contrôles. Toutes ont été enregistrées hors agglomération. « Les gens font assez attention. Et puis, comme il y a beaucoup de variation de vitesse, la sensibilité de l’appareil fait qu’il enregistre un peu moins de mesures. » Hier, la plus grosse vitesse relevée était de 115 km/h au lieu de 90, sur la départementale 943, près d’Ardentes.
bertrand.slezak@nrco.fr
repères – En toute discrétion
Comment repérer le véhicule ? Quelle est sa couleur, sa marque, sa plaque d’immatriculation ? Sûr que vous vous posez cette question à laquelle nous ne répondrons pas. Pour grimper à bord de la voiture-radar, la préfecture avait posé ses conditions : « Pas de photo permettant d’identifier le véhicule (seulement l’habitacle) pas de description littérale donnant des éléments d’identification
(plaque minéralogique, marque ou type du véhicule, couleur, etc.). » Ce que nous avons respecté.
Bertrand Slézak  Indre

anrindrevoiture-banalisee-radar-gendarmerie-etm_1757597

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Police, Transport, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.