Chine-Japon : une guerre mémorielle vivace

Le Monde 02/09/2015
En Asie, les mémoires s’entrechoquent régulièrement, surtout à propos de la seconde guerre mondiale. Soixante-dix ans après la fin du conflit, le sujet provoque toujours des réactions épidermiques.
Dans ce contexte, la décision de Pékin d’organiser jeudi une grande parade militaire la première de l’ère Xi Jinping pour célébrer « la victoire de la guerre de résistance du peuple chinois contre l’agression japonaise » suscite des remous. D’autant que la région nourrit de vives inquiétudes quant à la militarisation accélérée de la Chine, tant en mers de Chine méridionale et orientale que dans l’océan Indien, souligne Bloomberg.
Preuve de ces crispations, le ministère de la défense japonais a déposé une demande de budget record pour l’exercice d’avril 2016 à mars 2017 : 5 090 milliards de yens, soit environ 37,5 milliards d’euros (+ 2,2 % en un an), notent le Guardian et Voice of America.
Les autorités nippones ont parallèlement exprimé leur profond malaise quant au choix du secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, d’assister au défilé de jeudi, arguant que l’institution onusienne ne devait pas se départir de sa neutralité (The Wall Street Journal). M. Ban a rétorqué qu’à ses yeux il était « important d’examiner le passé pour voir les leçons que nous en avons tirées afin de cheminer vers un avenir meilleur », rapporte le Korea Times.
Pour le Global Times, organe officiel du Parti communiste chinois, le Japon s’honorerait à agir avec davantage de retenue. Dans le South China Morning Post, l’historien Jason Wordie, de son côté, évoque les « demi-vérités » dont se repaît le pouvoir chinois, notamment sur le rôle supposé héroïque des communistes dans la victoire de 1945. Le chercheur Daniel Twining fait de même dans la Nikkei Asian Review, estimant que la Chine d’aujourd’hui n’est, toutes proportions gardées, pas si différente que cela de l’armée impériale japonaise d’hier dans la manière dont elle s’affirme et perçoit son environnement immédiat…
Image  Source blog :

achine japon

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans International, Médias, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.