Rentrée scolaire avec l’Asinobus : des ânes et des enfants vont à l’école

L’âge de faire – juillet 2013

image_gallery

L’association Le chemin du halage expérimente l’asinobus dans d’autres communes proches, et Solveig Rassat  ne cesse de répondre à des sollicitations d’autres collectivités . Cet été, Pomme et Nénette feront visiter la région aux touristes désireux de prendre le temps. En attendant septembre, ses cartables, ses carottes et ses caresses.
Au petit matin, un cortège inhabituel arpente les rues de Louviers, dans l’Eure, et fait ralentir les voitures. Devant, Pomme montre l’exemple, brassards jaunes aux pattes. Derrière lui, quelques adultes et une dizaine d’enfants délestés de leurs cartables. Fermant la marche, Nénette porte les affaires, pensant (sûrement !) aux carottes et aux caresses qui l’attendent une fois l’équipage arrivé devant l’école. Depuis mars 2012, les deux ânes encadrent les enfants de Louviers qui se rendent à l’école à pied : le pédibus est devenu asinobus©. « Monsieur le maire [Franck Martin, PRG, Ndlr] voulait limiter les stationnements minute à l’entrée et à la sortie des écoles » explique Edwige Laquerrière, élue déléguée à l’animal dans la ville. Pour ce faire, la municipalité de Louviers, au sud de Rouen, initie dans un premier temps un « ramassage scolaire pédestre », encadré par des parents et par un animateur. Mais le succès n’est pas au rendez-vous. Les élus décident alors de faire appel aux services de l’association « Le chemin du halage » pour mettre en place l’asinobus : « De nouveaux enfants et parents ont été attirés par la compagnie des animaux » explique Solveig Rassat, initiatrice de l’association qui vise à la réintroduction des ânes utilitaires.
anes_porteurs_2
Un emploi à la clé
Grâce à la signature d’une convention, une ânière a pu être embauchée par l’association. Mathilde prépare les ânes, et accompagne le cortège avec l’animateur et les parents bénévoles. Mais pour l’association, qui n’est pas basée à Louviers, il était « hors de question » de transporter des ânes chaque jour en fourgon pour une heure d’activité tous les matins : le principe de l’asinobus, visant à réduire la circulation routière, aurait alors « manqué de cohérence », explique Solveig Rassat.
La commune a donc mis une friche à la disposition de Nénette et Pomme, qui participent à la « renaturation » du lieu. Mathilde assure également le ramassage des corbeilles des parcs municipaux en compagnie des deux animaux. Ainsi, peu à peu, l’âne pointe ses oreilles en ville et concurrence les pots d’échappement. L’association Le chemin du halage expérimente l’asinobus dans d’autres communes proches, et Solveig Rassat « ne cesse de répondre à des sollicitations d’autres collectivités ». Cet été, Pomme et Nénette feront visiter la région aux touristes désireux de prendre le temps. En attendant septembre, ses cartables, ses carottes et ses caresses.

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.