Culture – « Oublier un livre » pour la bonne cause

alivre
Pour la deuxième année d’affilée, le public est invité, du 7 au 17 septembre, à abandonner des livres dans un lieu public (parc, transports en commun, café…) afin de favoriser l’échange d’ouvrages « hors de l’ordinaire ».

alivredonnez-suivant-livre-aimez-tant-L-j0Xikm

L’opération, baptisée « Oublie un livre quelque part », a été lancée sur Facebook par Marie-Rose Hary, une Luxembourgeoise qui a elle-même promis d' »oublier » 500 ouvrages pendant la  semaine.

abookcrossing_logo-150x150

En 2014, plus de 10 000 personnes avaient participé à cette manifestation, en laissant leur livre dans un lieu public.« On a tous un livre qu’on aimerait faire découvrir à quelqu’un ou qui ne nous sert plus, explique Marie-Rose Hary sur la page événement de la manifestation. Le fait de partager un de tes livres te donne le droit d’en prendre un que tu trouveras. Mettre une étiquette sur le livre indiquant ‘Oublie un livre quelque part’ en espérant que cet échange hors de l’ordinaire te fasse faire de belles découvertes.« 
Sur la page Facebook, plus de 135 000 personnes ont annoncé leur participation à cet événement pour lequel l’engouement a essaimé au-delà des frontières du Luxembourg – dans les pays francophones (France, Belgique, Suisse), mais aussi en Allemagne, en Espagne, au Portugal, au Maroc, au Brésil ou encore au Pérou.
A noter que le site BookCrossing.com, propose depuis 2001, sur le même principe, de « lâcher » des livres en pleine nature et de suivre leurs pérégrinations. Ainsi, celui qui cède son ouvrage peut connaître son parcours et ce que les autres lecteurs en ont pensé grâce à un identifiant, pour peu qu’ils signalent leur découverte en ligne.
Le Monde 11 septembre 2015

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Culture, Loisirs Tourisme, Solidarité, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.