Franco de porc !

Le Canard Enchaîné – 09/09/2015 – Conflit de canard –
Dans le tohu-bohu de la colère des éleveurs, la condamnation, la condamnation du premier producteur de cochons en France est passée quasi inaperçue…
Tout commence par un descente de gendarmes, en 2012, à Lamballe, dans les Côtes-d’Armor, au siège de la Cooperl, qui abat chaque année près de 6 millions de porcs – la moitié du cheptel français. Le roi du cochon, qui boycotte le marché du porc breton parce qu’il trouve trop élevé le prix de 1,40 euro le kilo fixé par le ministère pour aider les éleveurs, a écoulé en douce, entre 2010 et 2012, pas moins de 2 000 tonnes de viande farcie à la salmonelle.
ob_0af0c8_crise-porc-ysopePour réaliser cette entourloupe, qui lui a fait économiser au moins 3 millions d’euros, la coopérative bretonne avait pris soin de maquiller le résultat de ses contrôles sanitaires. Un peu trop, puisque cela a fini par mettre la puce à l’oreille aux services vétérinaires. Après deux ans et demi d’enquête, la Cooperl vient d’être condamnée par le tribunal correctionnel de Saint-Brieuc pour faux, escroquerie et tromperie à 150 000 euros d’amende. Trois de ses cadres écopant de peines de prison avec sursis : 24 mois pour l’un, 4 mois pour les autres. Et, en prime, 2,9 millions d’euros ont été saisis par la justice sur les comptes de la coopérative.
Bizarrement, hormis les associations de consommateurs, les clients roulés dans la farine n’ont pas jugé bon de se porter partie civile, qu’il s’agisse d’Auchan, de Carrefour, de Cora, de Herta, de Souchon d’Auvergne ou de Système U. Peut-être n’avaient-ils pas envie de décrire par le menu, à la barre, la composition de la charcutaille mise en vente dans leurs rayons ! Outre 500 tonnes de « préparations de viande pour barbecue », on a en effet appris pendant le procès que la Cooperl avait fourgué 1 500 tonnes de VSM « salmonée », cette fameuse « viande séparée mécaniquement », destinée à confectionner de goûteuses saucisses à hot dog ou des merguez.
Face au procureur, qui souhaitait retenir le délit de « mise en danger de la vie d’autrui », la défense à rétorqué que le risque de salmonellose chez le consommateur était « insignifiant », avec cette précision : « Une diarrhée, c’est un peu court pour constituer le délit. » Sitôt la sentence connue, la Cooperl dont le slogan est : « L’agriculture droit dans les yeux« , a mitonné un communiqué aux petits oignions pour expliquer combien cette sanction était injuste, les 2 000 tonnes de cochon à la salmonelle ne représentant que « 0,15 %de la production sur la même période » ! Yes, we couenne !
logoSur le site de la Cooperl : « Ce qui nous relie : la pérennité de la production agricole régionale, la valorisation du travail de chacun et le respect de nos clients.« 

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Agroalimentaire, animaux, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.