Indre-et-Loire – Tours : Accueil des migrants, réfugiés : les associations se mobilisent

La Nouvelle République 17/09/2015 05:46
15 septembre 2016 Tours : réunion entre la Croix-Rouge et des associations susceptibles de prendre en charge des migrants. Photo : Hugues Le Guellec

15 septembre 2016 Tours : réunion entre la Croix-Rouge et des associations susceptibles de prendre en charge des migrants. Photo : Hugues Le Guellec

« Tout le monde est mobilisé et prêt à se relever les manches », observaient les responsables des associations d’aide humanitaire réunies le 16 aux halles de Tours. – (Photo NR, Hugues Le Guellec)
Les antennes locales des associations et des organismes humanitaires et caritatifs se préparent et s’organisent pour accueillir les premiers réfugiés.
 Le président de la République s’y est engagé : la France s’apprête « à accueillir plus de 24.000 personnes parmi celles qui, persécutées ou menacées, fuient des zones de combats et nécessitent une protection ». Ainsi, le ratio d’un centième qui s’applique habituellement au département d’Indre-et-Loire, indique que ce sont 240 réfugiés migrants qui devraient arriver dans les prochaines semaines ou les prochains mois en Touraine.
L’alimentaire, le logement, l’insertion…
Dans ce contexte, l’unité locale de la Croix-Rouge française organisait hier aux halles de Tours une réunion d’information avec une douzaine d’associations et d’organismes locaux, susceptibles d’apporter leur concours à l’accueil des réfugiés.
Une première prise de contact pour voir ce qui peut être mis en commun dans l’accueil et l’accompagner de ces migrants. « Ce ne sont pas les capacités d’accueil qui nous inquiètent. Le maire de Tours qui nous réunissait hier nous a dit qu’il y avait un nombre suffisant de logements disponibles dans le département. Ce qui nous préoccupe, c’est la mise en œuvre des mesures d’accompagnement de ces réfugiés » indiquait Hervé Brosse, responsable de l’antenne de la Croix-Rouge de Tour(s)plus.
Comment organiser l’aide alimentaire, l’accompagnement social, la scolarisation des enfants, l’insertion en milieu rural ? Voilà autant de questions qui se posent déjà. Et d’abord, trouver les traducteurs capables de retranscrire les récits de vie de ces réfugiés, attendus de Syrie, du Soudan, d’Irak ou d’Érythrée.
Dans l’assistance, hier matin, chacun apportait son commentaire à l’organisation de cet accueil. Parfois avec émotion et indignation, comme Georges Rondeau, président de la Cimade 37 qui se disait « ulcéré par les commentaires entendus ici et là. Comment un pays qui compte 36.000 communes n’est-il pas capable d’accueillir 24.000 réfugiés ? C’est une question de volonté et d’organisation. Rien d’autre ! »
Autre motif d’inquiétude, rapporté par un responsable d’association, la question du regroupement familial : « Si nous accueillons 100, 200 ou 300 réfugiés, il s’agira surtout d’hommes, de chefs de famille, qui les feront venir ensuite. »
dispositif
Vendredi, à 14 h 30, le préfet conviait les élus du département ainsi que l’ensemble des acteurs concernés (associations, bailleurs sociaux, services de l’État…) à une réunion, afin de préparer la coordination du dispositif d’accueil des réfugiés. Un dispositif d’accueil, qui, précise le préfet, « sera assuré par l’État ».
Pascal Landré
Indre-et-Loire

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article a été publié dans Politique, Social, Solidarité. Ajoutez ce permalien à vos favoris.