Quand les sciences s’exposent sur YouTube

931956-chaines-vulgarisation-scientifique-commence-developper
Les chaînes de vulgarisation scientifique sur la plate-forme vidéo YouTube ont commencé à se développer il y a deux ans, aux Etats-Unis. Elles font aujourd’hui leur apparition en France.
Derrière leur écran, de jeunes scientifiques ou amateurs passionnés ont choisi ce format vidéo pour diffuser leur savoir, et ce de la manière la plus large possible. C’est le cas, entre autres, de Florence Porcel, 32 ans, créatrice d’une chaîne spécialisée en astronomie, La folle histoire de l’Univers, ou de Léo Grasset, 25 ans, concepteur de Dirty Biology.
Pour battre en brèche l’image complexe et rébarbative des sciences, ces chaînes manient tour à tour l’humour, l’autodérision, la mise en scène et les effets visuels. A l’origine de Micmaths (chaîne centrée sur les mathématiques), Mickaël Launay, titulaire d’une thèse sur les probabilités, présente ainsi la notion de perspective isométrique à partir de la pochette d’un album de Stromae. Il explique aussi en un peu plus de huit minutes la théorie darwinienne de l’évolution en utilisant… les Pokémon.
Bien sûr, cela pose la question de la crédibilité des explications fournies et du contrôle par YouTube du contenu des vidéos. « Si demain, sous prétexte de vulgarisation scientifique, quelqu’un explique comment créer un explosif, la vidéo sera supprimée », précise la filiale de Google. « Mais s’il dit une énormité, on considère que c’est à la communauté de s’en saisir et de lui répondre dans les commentaires. »
Les créateurs de vidéos scientifiques ont, pour l’heure, du mal à en vivre. Mais ils ont encore une large partie de la population à conquérir, 90 % des abonnés étant des hommes, pour l’essentiel âgés de moins de 35 ans

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Débats Idées Points de vue, Médias, Science, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.