Un gauchiste aux primaires des États-Unis

Charlie Hebdo – 16/09/2015 – Jacques Littauer –
Les choses ne se passent pas tout à fait comme prévu pour le clan d’Hilary Clinton. Bernie Sanders, le sénateur indépendant du Vermont, âgé de 74 ans, fait la course en tête dans les primaires démocrates Signe que même les américains trouvent leur pays trop inégal.
Le taux de chômage est tombé à 5 % aux États-Unis, champagne (ou plutôt bourbon) yes, we dit it, la crise est finie ! Un résultat magique qui doit au cocktail américain habituel : une politique de relance (celle d’Obama en 2008) et un marché du travail toujours plus flexible. La dernière innovation en date est celle des auto-entrepreneurs, ces « 10-99 », du nom de leur formulaire fiscal, qui représentent d’ores et déjà près d’un travailleur sur trois (contre 11 % en France).
Ces nouveaux héros des temps modernes rendent le plus souvent des services aux clients des sites Internet : petits déménagements, gardes d’enfants, courses, repassage… Des petits boulots qui offrent un complément de revenu bienvenu aux retraités touchant de faibles pensions, aux étudiants ou à tous ceux qui ne trouvent pas de boulot « régulier », mais qui deviennent aussi de plus en plus de vrais « emplois », alors qu’ils n’offrent aucune couverture aux auto-travailleurs : pas d’assurance chômage, santé ou retraite, pas de congés payés… Le rêve de Jean(Denis Combrexelle, qui profite de son statut de fonctionnaire (Conseil d’État) pour recommander la flexibilité pour les autres, au nom du « dialogue social » – même quand celui-ci a lieu avec un pistolet sur la tempe des camarades salariés. 
sans-titreC’est dans ce contexte qu’un fringuant papy a émergé Bernie Sanders, l’homme qui se place en tête des primaires démocrates dans plusieurs états alors qu’il n’hésite pas à se qualifier de « socialiste » (« démocratique« , ajoute-t-il néanmoins). Jusqu’ici, ses diatribes contre le grand capital, l’irresponsabilité des multinationales ou des grandes banques n’émouvait pas grand monde. Mais voilà que les temps changent, dans la lignée des tournées mondiales du Prix Nobel d’économie Joseph Stiglitz, qui sort chaque année un libre expliquant pourquoi les inégalités c’est mal, et pourquoi c’est pire que l’année passée.
Jugeons-en par les slogans de Sanders : « Dans le pays le plus riche du monde, personne ne devrait forcer les mères à retourner travailler quelques jours après avoir accouché. » « Nous devons mettre fin, une fois pour toutes, à la pratique honteuse des grandes entreprises qui bénéficient de l’incarcération des Américains. » « Nous avons besoin d’un système fiscal qui demande à la classe des milliardaires [sic] de payer sa juste part de taxes. » « Il nous faut une législation qui fasse sortir de l’ombre 11 millions de personnes vivant sans papiers et qui les mène sur le chemin de la citoyenneté. »
Bref, tout y est : inégalités, santé, armement, immigrés, éducation… Et les propositions concrètes suivent : taxer Wall Street, augmenter le smic, mettre en place une véritable couverture maladie universelle, développer les services publics, résoudre la crise de la dette étudiante… Un programme complet pour un pays qui s’interroge de plus en plus sur la réalité du « rêve américain », à mesure qu’il devient évident qu’un véritable oligarchie s’est emparée des richesses du pays et empêchent celles et ceux qui sont en bas de l’échelle d’y grimper. Certes, Sanders n’est pas encore tout à fait President of the United States of America. Mais il se passe clairement un petit quelque chose. Ainsi, chez nos cousins britanniques, c’est Jeremy Corbyn (66ans), un autre « socialiste », opposé au nucléaire, pourfendeur de l’austérité et partisan des nationalisations, qui a été élu patron du Labour le week-end dernier, au nez et à la barbe des blairistes. 
Bref là où les politiques libérales ont été mises en œuvre plus que chez nous, la gauche « de gauche » se réveille, et, ce, grâce aux primaires , qui permettent aux citoyens de contourner l’establishment et les candidats « raisonnables ».
19793829Les frères Dalton en Amérique, par Morris
Une information que beaucoup de grands médias passent sous silence, eux pourtant si prompts à nous montrer les frasques de Donald Trump ou tout autre nouvelle financière ou sensationnelle venant d’outre-Atlantique…

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Politique, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.