Syrie : appui russe, Washington livre des armes

arussie syrieudar1-11_10-550
L’armée syrienne, forte de l’appui aérien russe, a avancé sur plusieurs fronts, lundi, au prix de violents combats avec les rebelles islamistes. Au 13e jour de son intervention en Syrie, l’aviation russe a bombardé sans relâche, en appui d’une contre-offensive du régime, les positions d’insurgés alliés au Front Al-Nosra (branche syrienne d’Al-Qaida).
Au sol, l’armée et ses alliés – les milices prorégime, les combattants du Hezbollah et des militaires iraniens – tentaient de reprendre le terrain perdu dans le centre, l’ouest et le nord du pays, en guerre depuis plus de quatre ans.
L’armée a annoncé avoir repris la localité-clé de Kafar Nabouda, dans la province centrale de Hama, mais l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH) a rapporté que les combats s’y poursuivaient et fait état de 14 morts. « Il s’agit de la plus violente bataille depuis le début de l’intervention russe en Syrie, le 30 septembre », selon l’OSDH.
Alors que les frappes russes s’intensifient, les 28 pays de l’Union européenne ont sommé Moscou de « cesser immédiatement » ses frappes contre les insurgés « modérés » et estimé qu’il « ne [pouvait] y avoir de paix durable avec les dirigeants actuels ». Illustrant leur réorientation après le fiasco de leur plan d’entraînement de forces locales, les Etats-Unis ont parachuté des munitions « à des groupes arabes syriens dont les responsables ont fait l’objet de vérifications appropriées par les Etats-Unis », d’après le commandement des forces américaines au Moyen-Orient (Centcom).

150922cjtfoir

Les Etats-Unis sont à la tête d’une large coalition qui bombarde depuis plus d’un an l’Etat islamique (EI ou « Daech »), qui contrôle la moitié du territoire syrien, sans parvenir à le neutraliser. Ils reprochent à Moscou de ne pas frapper principalement cette organisation et de viser directement l’opposition au despote Bachar Al-Assad.
Le Monde 13/10/2015

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Défense, Europe, International, Politique, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.