Indre-et-Loire – Vie d’ailleurs : Tout un village mobilisé pour son dernier commerce

La Nouvelle République 18/10/2015

FERRIERE SANS COMMERCE (1)

Ferrière-Larçon a perdu cet été son ultime commerce. Mais la mobilisation monte dans la commune pour aider à trouver une solution.
Comme un électrochoc. Le 30 juillet dernier, L’Escale ferrillonne fermait ses portes au cœur de l’été (NR du 8 septembre). Avec ce restaurant-épicerie-point poste (et bien d’autres choses encore…), Ferrière a perdu son dernier commerce.

aferriere larcon

aferriereghenaultUn collectif d’habitants – « Les habitants dynamiques » – ne s’est pas résolu à voir ce lieu de vie, de rencontres et d’échanges s’éteindre. Comment en était-on arrivé là ? Pourquoi le maire Gérard Hénault n’avait-il pas pu empêcher la fermeture d’un magasin dont la communauté de communes de la Touraine du sud, qu’il préside, avait financé la restauration il y a un peu plus de trois ans ? On imagine que les débats ont pu être vifs dans la commune.
«  Ça me rendait service de ne pas avoir à prendre la voiture pour aller au supermarché  »
Mais ils auront eu un immense mérite : susciter une prise de conscience dans la population. Faire vivre un commerce en milieu rural est l’affaire de tous. Cette idée a poussé quarante Ferrillons, sur les 260 habitants que compte le village, à se réunir jeudi soir à l’initiative du collectif pour réfléchir ensemble à la meilleure façon de combler le vide.
Une affluence qui a surpris jusqu’aux organisateurs. Les débats ont eu lieu avec l’accord et en la présence du maire. Ce dernier a assuré que six repreneurs possibles se sont portés candidats. Le dernier visitera d’ailleurs la boutique ce lundi. Le choix est là, mais « il faut trouver le mouton à cinq pattes », a répété Gérard Hénault. Car faire tourner un commerce dans un petit village implique de ne pas compter ses heures et… de ne pas compter non plus faire fortune !
Dans l’agora de jeudi soir, la question de l’amplitude horaire, souhaitée large, est en effet apparue capitale. Quelques participants ont émis l’idée qu’en plus de tout le reste, le futur commerce propose une activité traiteur, ce qui paraît néanmoins difficilement réalisable. « Une chose n’est pas négociable : il faudra qu’il fasse point-poste », a assuré le maire.
Un besoin crucial souligné par plusieurs personnes présentes en raison de l’absence de moyen de transport ou de l’âge. Pourquoi ne pas imaginer une permanence de producteurs locaux, a suggéré en outre une Ferrillonne ?
« Moi, ça me rendait service de ne pas avoir à prendre la voiture pour aller au supermarché à Ligueil. C’était pratique. » L’argument est revenu à plusieurs reprises. Tout le monde semblait convaincu ou presque, jeudi soir. Restera à passer aux actes en fréquentant le commerce quand il rouvrira. La mobilisation est déjà un début.
la phrase
« Une des choses qui nous a aidés à décider de nous installer à Ferrière, c’était qu’il y avait cette épicerie » a souligné une habitante qui est arrivée à Ferrière-Larçon en 2014 jeudi soir lors de la réunion publique. Avoir un commerce est donc un atout indiscutable pour une commune rurale. « On a rencontré beaucoup de gens du village grâce à ce commerce et à l’épicière », a-t-elle ajouté. Un point de vue partagé par Marie-Nicole Suzanne, membre du collectif des habitants dynamiques (*) : « J’ai connu des tas de gens en allant à l’Escale ferrillonne. Si cela peut perdurer, j’en serai heureuse ».
 (*) Voir leur site internet : http://leshabitantsdynamiques.blogspot.fr/
Pierre Calmeilles Indre-et-Loire

aferriere

aferrière larconDSCN0226

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Economie, Résistance, Social, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.