Nicolas Métro “L’arbre répond aux besoins essentiels de l’être humain”

Clé.com – octobre 2015 –
Nicolas Métro
Nicolas Metro, créateur de l’entreprise de reforestation Kinomé
La tête dans le CAC 40, les pieds dans l’humus. Nicolas Métro, matheux sorti à 22 ans de l’Essec, aguerri pendant dix-sept ans aux fonctions dirigeantes dans de grandes entreprises du luxe et du jeu vidéo, en a gardé un intellect agile et affûté. Mais aussi, dit-il, une intuition et une créativité « desséchées par la pression du court terme et l’hyperspécialisation de l’entreprise classique ».
Le choc s’est produit alors qu’il se promenait dans un sous-bois familial oublié, dans l’Orne : « Je réfléchissais depuis un moment au sens de ce que je faisais. Ce jour-là, je me suis senti à ma place. » A hauteur d’arbre, il « gagne une vision globale », se forme au leadership éthique *. A 40 ans, il « danse de joie » en lançant Kinomé (« l’œil de l’arbre », en japonais), une entreprise spécialisée dans les projets de reforestation. Du Val-d’Oise à la Zambie, de La Rochelle au Sénégal, il plante du développement durable depuis dix ans, faisant de l’arbre « un outil de satisfaction des besoins essentiels de l’être humain ». Il a convaincu Danone de substituer aux ferments chimiques une gomme arabique issue d’acacias du Sahel : « Danone innove pour gagner en productivité et les populations africaines vivent mieux en ne brûlant plus les acacias. » Il travaille avec Veolia, Accor, Nestlé, l’ONU, et avec une conviction : il faut changer le modèle économique de l’intérieur.
www.kinome.fr
* Nicolas Métro partage des clés pour réinventer sa vie dans « Qu’est-ce qui te ferait danser de joie ? » (Eyrolles, 2014).

Sa conférence “L’arbre et la vie”

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Ecologie, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.