Colloque sur la chaîne de l’Assemblée nationale : « Désintoxiquons notre santé de l’emprise des lobbys »

LCP Assemblée Nationale – Colloque du 22 octobre 
Une provocation ! Le LEEM, de Medef de l’industrie pharmaceutique, s’en est étranglé dans un courrier adressé le 13 octobre au président de l’Assemblée Claude Bartolone. En se lançant, au passage, dans une impressionnante leçon de… déontologie.
yzw7« Désintoxiquons notre santé de l’emprise des lobbys » : tel est l’intitulé provocateur du colloque organisé hier sur la chaîne télévisée de l’Assemblée Nationale par la députée européenne Michèle Rivasi. L’occasion, indique le programme, de parler de la « surprescription » des médicaments en France, des « conflits d’intérêts » et des « pistes pour baisser les prix » des médocs. Accompagnant la sortie de son livre « Le Racket des laboratoires pharmaceutiques et comment en sortir« , aux Éditions Les petits matins, ce colloque dénonce l’opacité dans le processus de fixation des prix et les conflits d’intérêts qui mènent, selon l’eurodéputée, à une sur-prescription et une sur-facturation des médicaments.
Prenant en exemple l’Italie, elle souligne que les génériques y sont en moyenne 30 % moins chers qu’en France, et que le coût global du médicament n’y revient qu’à 18 milliards, contre 34 milliards en France, à population et espérance de vie à peu près égales.
De plus, depuis quelques années, les différents scandales (Médiator, Vioxx …) ont alimenté la méfiance des citoyens à l’égard de l’industrie pharmaceutique, étayée par plusieurs ouvrages aux sorties retentissantes, dont le « Guide des 4000 médicaments inutiles, inutiles, ou dangereux » de Bernard Debré et Philippe Even, sorti en 2012 au Cherche-Midi Éditeur et qui s’est depuis écoulé à plus de 200 000 exemplaires.
Mais face à ces accusations, les laboratoires protestent. Ils insistent sur la nécessité d’encourager la recherche et soulignent leur importance économique. En effet selon l’IMFIS (l’Institut des métiers et Formations des Industries de santé), l’industrie du médicament regroupe 104 000 salariés. Mais les pays émergents sont de plus en plus compétitifs, et le marché français du médicament est cette année pour la première fois en récession, selon les chiffres 2015 publiés par le LEEM. 
Un autre modèle de santé publique est-il possible ? Peut-on changer la politique du médicament en France ? Comment limiter le pouvoir des lobbys ?
Les invités d’Arnaud Ardoin en ont débattu sur le plateau de Ça Vous Regarde.
Voir la vidéo : http://lcp.fr/174864 Invités :
51JD6Gh45mL._SX318_BO1,204,203,200_–  Michèle Rivasi, eurodéputée, membre d’EELV, vice-présidente du Groupe des Verts/Alliance libre européenne au Parlement européen, co-auteure du livre « Le racket des laboratoires pharmaceutiques et comment en sortir » aux Editions Les Petits Matins
arton553–  Bernard Debré, député Les Républicains de Paris, chirurgien et professeur de médecine, co-auteur avec Philippe Even du « Guide des 4000 médicaments utiles, inutiles ou dangereux » au Cherche-Midi Editeur
–  Patrick Errard, président du LEEM
–  Jean-Patrick Sales, Directeur de l’Evaluation médicale, économique et de santé publique à la Haute Autorité de Santé (HAS)

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Santé, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.