Syrie : l’Iran invité aux discussions, un tournant

C’est un virage diplomatique : l’Iran est pour la première fois invité aux discussions de Vienne (Autriche) sur la Syrie.
Iranian Foreign Minister Mohammad Javad Zarif (C) attends talks flanked by members of his delegation during talks over Iran's nuclear programme in Geneva on November 22, 2013. World powers hold a make-or-break third day of talks with Iran on its nuclear programme, with no clear sign that a deal is within sight on freezing its atomic activities in exchange for easing sanctions. AFP PHOTO / POOL / FABRICE COFFRINI
Iranian Foreign Minister Mohammad Javad Zarif  AFP PHOTO / POOL / FABRICE COFFRINI
Jusqu’ici, les Etats-Unis refusaient de négocier avec le principal soutien du régime de Damas. Selon un diplomate occidental, l’invitation, émise mardi par un porte-parole du département d’Etat américain, a été l’objet de négociations avec l’Arabie saoudite, puissance régionale rivale de Téhéran.
L’Iran chiite et l’Arabie saoudite sunnite s’opposent ouvertement sur la Syrie : l’Iran apporte un soutien financier et militaire au régime, alors que l’Arabie saoudite soutient les groupes rebelles.
Comme la Russie, l’Iran est pour le maintien de Bachar Al-Assad à la tête de l’exécutif syrien, au contraire des Américains et de leurs alliés. Cette question est l’enjeu principal de la conférence internationale de Vienne, qui tente, après une première rencontre le 23 octobre entre les Etats-Unis, la Russie, l’Arabie saoudite et la Turquie, de définir les modalités pour une transition en Syrie et la fin d’une guerre civile qui a fait environ 250 000 morts depuis mars 2011.
Une douzaine de délégations y participeront. « Malgré ce qu’ils disent, je crois que les Russes ne voient pas Assad dans l’avenir de la Syrie, a estimé mardi John Brennan, chef de la CIA, l’agence américaine du renseignement. La question est de savoir à quel moment et comment ils vont être capables de l’amener [Assad] à sortir de la scène. » Des rencontres préparatoires à la réunion de Vienne auront lieu dès jeudi soir.
Le Monde 28/10/2015

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Défense, International, Politique, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.