Jardin – Cette année, le temps semble s’être arrêté : » Des courgettes et poivrons comme en plein été ! « 

La Nouvelle République 09/11/2015 05:46
Du soleil, un thermomètre qui bat des records : la douceur de l’automne ravit les jardiniers.( 1)  En Touraine, cela devrait durer encore au moins dix jours.

aNR5_rose_doux_dahlia

D’ordinaire en novembre, bien tristes sont les jardins familiaux, sans fleur, avec de rares passants encapuchonnés se pressant de nettoyer la terre pour l’hiver. Cette année, le temps semble s’être arrêté, bloqué sur l’été. Les jardiniers portent encore des casquettes, ils binent en tee-shirts entre deux rangées de dahlias et de roses aux couleurs éclatantes…
CHALEUR 1
« Jamais vu ça », souffle Robert, aux Deux Lions à Tours. « Je suis tout perdu dans mon calendrier. J’observe mais n’arrache rien ! C’est la nature qui décide. Même les fraises sont en train de mûrir. On n’a même pas besoin de couvrir les salades… »
« Je me croirais chez moi en Martinique ! plaisante Romain, qui rentrera sur son île l’an prochain après 30 ans de jardinage en Touraine. Encore que là-bas, ils connaissent des pluies diluviennes, avec de gros dégâts. » Avec plaisir, il profite de son « dernier hiver » qui pour l’instant n’en est pas un. « J’ai encore des poivrons, des courgettes, des aubergines. Et même des piments. Habituellement il n’y a plus rien à partir de septembre, hormis des poireaux et de la salade… » Et de prendre en exemple les parcelles de ses voisins. « Ils ont tout arraché en septembre, comme d’habitude. Maintenant ils regrettent. Ils auraient pu récolter encore. Même mon pied de christophine est en train de repartir ! » Romain se souvient de l’automne de 1994, avec ses pics de chaleurs. « C’était pas à ce point-là, je n’avais pas gardé mes cultures… »

Fleurs marché

Un étonnement qui résonnait également au marché aux fleurs du boulevard Béranger, à Tours, samedi matin. « Les pensées fleurissent beaucoup plus vite, les primevères de janvier sortent déjà, constataient Corinne et Bruno Sala, producteurs à Saint-Pierre. Du jamais vu ! On est obligé de conseiller aux clients de couper un demi-centimètre des plants de salade… » Des clients qui profitent davantage de leurs jardins, et donc achètent plus. Et tous d’espérer qu’«on ne le paiera pas plus tard », avec de grandes gelées.
« Tout est sous serre, on ne s’inquiète donc pas des caprices de la météo », relativise Jean-Paul Bénéteau, producteur de chrysanthèmes à Vallères. Un producteur qui se félicite simplement de faire des économies de chauffage. « Tant mieux, car les ventes, elles, n’ont pas été au beau fixe ! » Sur 1.000 chrysanthèmes produits, il lui en reste 400, contre 5 l’an dernier. « Pas le choix, on va bouturer ! »
Indre-et-Loire Cécile Lascève
(1)  sauf Kozett car les fleurs de printemps fleurissent … et si le froid vient …

miscanthus-sinensis-africa-1-l720-h500

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Insolite, Nature, réflexion, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.