Allemagne – Helmut Schmidt : mort d’une conscience allemande

Le Monde 11/11/2015
ll faisait figure de patriarche et, en un sens, de « vieux sage » de la politique allemande, résume Le Temps. L’ancien chancelier social-démocrate Helmut Schmidt, au pouvoir de mai 1974 à octobre 1982, s’est éteint mardi, dans sa ville natale de Hambourg, à l’âge de 96 ans.
1113907_3_066b_l-ancien-chancelier-allemand-helmut-schmidtCes derniers jours, son état de santé, déjà fragile, s’était sensiblement dégradé. Au cours de son mandat à la tête de la République fédérale, Helmut Schmidt ne fut pas épargné par les vicissitudes de l’Histoire. Chocs pétroliers de 1973-1974 et de 1979, lutte contre la Fraction armée rouge – organisation terroriste d’extrême gauche devenue le triste symbole des « années de plomb » –, crise des euromissiles avec l’Union soviétique : son nom restera associé aux événements parmi les plus marquants et les plus sombres du siècle dernier, rappellent Die Welt et Die Zeit.
Mais il a aussi, parallèlement, été le grand artisan de l’amitié franco-allemande, forgée grâce à son amitié étroite avec Valéry Giscard d’Estaing, et l’un des hérauts de la transformation allemande en une économie de premier plan, ajoute le Washington Post.
Personnage au verbe haut, connu pour son franc-parler souvent abrupt, Helmut Schmidt n’a cessé de gagner en popularité au fil des années, souligne la Süddeutsche Zeitung. Aux yeux de ses concitoyens, cet Européen convaincu, passionné d’art et de musique, incarnait une sorte de conscience politique et morale supérieure. « Les Allemands lui doivent beaucoup, pour son engagement, son respect sourcilleux de la Loi fondamentale (la Constitution) et sa sincérité », note Die Zeit.
La classe politique ne s’y est d’ailleurs pas trompée, qui lui a rendu un vibrant hommage. Pour la Frankfurter Allgemeine Zeitung, Helmut Schmidt n’était peut-être pas aussi « adulé que Willy Brandt » ni aussi « accessible que Gerhard Schröder », mais il s’est imposé en conjuguant, à sa façon, « puissance et élégance ».

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Europe, Politique, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.