A George W.Bush, le djihad reconnaissant

Le Canard Enchaîné – 18/11/2015 –
Le 19 octobre 2004, lors d’un débat télévisé, George W.Bush affirmait qu’attaquer l’Irak trouvait sa justification dans la tactique dite « de la guerre préventive » : attaquer l’ennemi avant qu’il ne vous attaque. Face à lui, son adversaire démocrate John Kerry se gondolait. Mais quel ennemi ? « Attaquer l’Irak après le 11 septembre revient à attaquer le Mexique après Pearl Harbor. » Bien vu. 
Après avoir lancé sa fameuse formule « le jeu est terminé ! », comme on lance trois dés sur un tapis vert, Bush, commandant en chef des forces armées des États-Unis d’Amérique, a aussi posé la première pierre du califat abbasside, dont se réclame Daech aujourd’hui. Véritable championne de tous les djihads à venir, sa politique a donné naissance – entre autres mouvements épris de démocratie – à Ansar al-Sunna, au Conseil consultatif des moudjahidines en Irak, en passant par le Front islamique de la résistance irakienne, l’Armée islamique d’Irak ou Jama’at al-Tawhid wal-Jihad.

GeorgeWBush

Résultat de l’invasion américaine, onze ans plus tard ? La chute d’un dictateur laïque et la naissance, en rafale, de groupes islamistes aujourd’hui très en forme, qui ont essaimé un peu partout dan la région en changeant trois formules sur leur drapeau.
Finalement, Bush aurait peut-être mieux fait d’attaquer le Japon…  

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Démocratie, International, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.